Bonjour à tous et bienvenue sur le blog de Komorebi pour parler héritage, difficultés, révélation et deuil. Aujourd’hui au programme c’est enfin les tomes 13 et 14 de The Promised Neverland. N’hésitez pas à me partager votre avis sur cette œuvre, j’en discuterai avec plaisir. Bref, qu’est-ce que c’est et qu’en ai-je pensé ? C’est parti !

Tome 12


27 mai 2020
Kaiu Shirai/ Posuka Demizu
Kazé

La relative tranquillité d’Emma et des siens vole brusquement en éclats quand un commando de soldats humains les attaque ! Sur ordre de James Ratri, la troupe d’élite menée par l’impitoyable Andrew a pris d’assaut le refuge. Alors qu’Emma et les enfants s’enfuient, Yugo et Lucas décident de faire front armes au poing, à deux contre six…

Synopsis

Mon avis : Le dernier tome commence à remonter un peu sur le blog mais il m’avait bien plu et me faisait dire que le fameux « The Promised Neverland est devenu nul » est largement abusé quand même. Le tome 12 avait donc hérité d’un joli 16 sur 20 et j’avais conclu ma chronique sur celui-ci ainsi ; « il s’agit là d’un tome très intelligent, qui présente par le biais d’une petite aventure sympathique, une expansion nécessaire de l’univers qui passe autant par le passé que par l’avenir. De plus, il présente un parallèle follement intéressant entre le monde des démons et celui des humains, autant qu’entre les adultes, les adultes proches des enfants et les enfants en eux-mêmes. Il reste encore du trajet pour arriver à une conclusion satisfaisante mais la série aura bien tenu la distance jusque là en trouvant une formule plus agréable pour ses tomes de transition ».

Que vaut donc ce tome 13 ? Sonne t’il le début de la chute pour The Promised Neverland ? Nous lance t’il correctement vers la suite qui est sans doute la dernière partie ?

Comme pas mal de tome que j’ai chroniqué récemment, ce tome commence par un bon moment de bravoure très réussi qui se conclut par la fin d’au moins un personnage. Du moins, j’ai l’impression d’en avoir enchaîné quelques-uns. Ici, j’ai trouvé ça vraiment bien traité puisque les personnages concernés concluent ainsi un arc narratif rondement mené. Ils avaient perdu une famille, étaient à rien d’abandonner et se sacrifie pour leur nouvelle famille. C’est un parcours assez classique et évident mais il a vraiment superbement fonctionné sur moi grâce à son utilisation de flashbacks inédits et à mon attachement pour ces personnages.

De ce fait, nous avons le droit à une très belle remise en question d’Emma et à une belle suite d’obstacles devant elle. Petite pensée pour ceux qui trouvent que tout se passe trop bien pour ce personnage. J’ai trouvé sa recherche sur ce qu’est une bonne ou une mauvaise décision très bien traitée pour elle. Et la conclusion est parfaitement en accord avec ce que l’oeuvre nous a raconté depuis le début. Il est important de se concentrer comme pas possible sur ses efforts pour atteindre l’objectif, qu’importe les premières conséquences de notre choix. Elle est ensuite mise à mal dans sa volonté de ne blesse personne à cause de la vengeance et du danger imminent. Grosse réussite pour Emma sur ce volume.

Et pourtant, tous les éléments que je viens de vous mentionner découlent de l’arrivée d’Andrew dans le récit. Et encore une fois, je ne comprends pas comment un personnage aussi raté peut avoir un aussi gros rôle sur les épaules. Andrew n’apporte aucune thématique, n’a absolument aucune personnification, sa rapproche de la folie dans sa façon de cracher sur la solidarité. Vous savez très bien à quel point j’exècre la folie dans les récits, quelques flashbacks justifiant d’une maltraitance à cause d’une trahison m’auraient suffit pourtant. Et donc, nous avons un vieux morceaux cher impersonnelle qui permet tout ce que j’ai bien aimé dans le tome. Il finit sa vie entre les dents d’un démon qui sort de nulle part. Il n’y a aucune réussite de story-telling dans cette solution sortie de nulle part mais elle prend sens en mettant un membre du clan qui contrôle tout dans le rôle du bétail.

Nous avons ensuite un long moment assez peu passionant mais qui a au moins le mérite de nous montrer toute l’étendue de l’héritage que nous ont laissés les deux victimes du début du tome. Je n’ai pas grand-chose de plus à dire sur ce passage, si ce n’est que c’est vraiment plaisant de découvrir tous ces enfants ayant bien grandis et faisant honneur à leurs aînés.

Enfin, nous arrivons à l’apparition d’un nouveau clan censé être mené par William Minerva. J’aime bien l’idée de créer un mystère sur son identité. Je ne le trouve malheureusement que trop peu subtil. Sinon, ça peut-être intéressant après avoir eu un groupe de demon méchant, un groupe de demon innocent, un groupe d’humains méchants, d’avoir un groupe d’humains alliés. Par contre, j’aime beaucoup l’idée que celui-ci ai des méthodes qui sont absolument incompatibles avec celles de nos héros.

En soit, le traitement d’Emma, de la mort des deux personnages et de l’héritage qu’ils ont laissé parfaitement reussi. Pourtant, je n’ai pas été passionné par ma lecture, encore moins après le tome de Beastars. Les idées sont intéressantes même en découlant duned erreur de la nature mais il m’en a manqué un peu.

En somme, il s’agit d’un tome qui fonctionne bien sur le fait d’avoir bien mis en difficulté Emma mais qui est complètement desservi par un antagoniste que j’aurais sûrement oublié d’ici deux minutes. Il y a beaucoup de bonnes idées, de bonnes avancées prévues mais aucunes avancées réelles et je ne suis finalement pas si emballé que ça par ce qui arrive très prochainement. Heureusement, j’enchaîne sur le tome suivant demain donc je n’aurais pas à attendre longtemps cette suite qui me fera peut-être changer d’avis.

Note : 3.5 sur 5.

10 juin 2020
Kaiu Shirai/ Posuka Demizu
Kazé

Emma et ses compagnons ont fait la rencontre de Jin et Hayato, qui affirment avoir été envoyés par William Minerva pour les guider jusqu’à son repaire ! Malheureusement, la blessure de Chris s’est infectée et il a besoin de soins de toute urgence. Une seule solution : s’introduire dans une ferme pour voler des médicaments. Alors que le cambriolage tourne mal, un nouveau protagoniste entre en scène…

Synopsis

Mon avis : Bon du coup, qu’est-ce qui nous attends avec ce nouveau groupe qui peut-être de très bons alliés mais dont les méthodes semblent bien différentes ? Part-on vers un peu de mieux ?

On commence par un petit passage rapide dans une ferme. Il est trop court pour être spécialement pertinent mais il permet au moins de remonter la dangerosité des démons et de dévoiler les pouvoirs spéciaux des envoyés de Minerva. Mais ce que je retiens, c’est que c’est vraiment pratique d’avoir autant d’enfants à disposition, d’autant plus qu’ils ont chacun pu bénéficier de connaissances dans un domaine en particulier. C’est plaisant de voir qu’Emma et Ray ne sont plus seuls même si les autres apparaissent et disparaissent rapidement.

Sautons un peu dans le temps et allons après la révélation sur Minerva. Celui-ci explique ce que sont les démons. J’ai trouvé ça vraiment très intéressant d’enfin comprendre ces fameux antagonistes qui ont un point faible peut-être plus conséquent que ce qu’on pensait. J’aime beaucoup le fait d’avoir pu suivre l’évolution de cette population et le fait qu’ils ont créé des armes capables de causer leurs pertes alors qu’ils voulaient s’en servir pour survivre. Ainsi, nous avons un retour au réflexion sur la nourriture, le bétail, l’élevage de masse. Une bien belle réussite en somme.

D’une réussite en découle une autre. Comme Minerva connait la véritable histoire des démons, il nous sert un plan absolument parfait pour s’en libérer. Tout le monde en est heureux car ça libère également Emma. Et justement, c’est Emma et Ray que je trouve très justement traité ici. La première subit un semblant de syndrome de l’imposteur puisqu’elle refuse de suivre ce plan attentant à la vie des démons tout en refusant de trahir le bonheur des autres. J’aime beaucoup ce personnage qui porte très bien l’énergie et les thématiques de l’oeuvre. Heureusement, elle peut compter sur Ray qui ne sert plus à grand-chose en lui-même mais qui lui sert de pilier mental fortement solide. Très très bon point de ce volume pour moi.

Remontons dans le temps si vous le voulez bien et intéressons nous à la révélation sur l’identité de Minerva ! Je trouve ça assez étonnant que tout ne soit qu’un jeu de dupes en utilisant l’image et l’héritage de Minerva. Et comme le mentionnent ses lieutenants, cet étonnement n’est pas forcément positif puisque Minerva est froid, indéridable et impérieux. Il est absolument antipathique et montre que même la solution n’est pas forcément une solution. Par contre, j’aime bien le fait qu’il joue avec le feu pour faire le sale boulot sans se salir les mains.

Et ça tombe bien qu’on termine ce paragraphe sur les mains de Minerva puisque nous allons parler de ses bras droits. Quel talent de transitions quand même. En soit, je n’ai pas grand-chose de positif à dire sur eux que le fait qu’ils soient des armes mortelles créés par les démons eux-mêmes. Parce qu’en soit, même si je comprends leur admiration maladive pour Minerva et leur haine viscérale des démons, je n’accroche que très très peu à leur caractère. Il n’y a genre aucune nuance pour l’instant et ce n’est pas spécialement d’avoir des personnages aussi fermés et perdus.

Enfin, en parlant de personnage perdu, il nous reste à mentionner celui de Norman. J’aime bien ce moment de retrouvailles qui est suffisamment touchant et bien construit pour être appréciable. Ensuite, j’aime bien ce petit jeu entre les souvenirs qu’ont les enfants de lui, ce qu’ils leur montre, ce qu’il montre à ses protégés et ce qu’il est maintenant. Là, il y a des nuances et ça fait bien plaisir. Je ne suis pas encore totalement emballé par cet arc narratif mais l’idée de faire de Norman une sorte d’antagoniste me semble furieusement prometteuse. À voir comment ceci va être traité !

En somme, il s’agit d’un tome qui fonctionne un peu mieux que le précédent mais qui reste un semblant de transition pour les parties finales. Ce n’est pas forcément un mal, bien au contraire, mais c’est faible sur quelques points. J’espère vraiment apprécié les lieutenants de Minerva avant qu’ils disparaissent du récit. Et surtout, j’espère que le plan d’Emma sera agréable à suivre quand il sera fixé. Il me tarde également de découvrir le destin qui attend notre bon Minerva.

Note : 4 sur 5.

Merci beaucoup de m’avoir lu. N’hésitez pas à me partager votre avis sur ce titre et sur cet article et à me partager tout ça, ça m’aidera beaucoup. On se revoit très vite. Merci à tous, c’était Komorebi !