Bonjour à tous et bienvenue sur le blog de Komorebi pour parler de la guerre de la Chine, de manière follement intéressante. Aujourd’hui au programme c’est donc les tomes 43 à 46 de Kingdom. N’hésitez pas à me partager votre avis sur cette œuvre, j’en discuterai avec plaisir. Bref, qu’est-ce que c’est et qu’en ai-je pensé ? C’est parti !

Tomes 38 à 42


25 juin 2020
Yasuhisa Hara
Meian

Tome 43 : Le réveil de l’unité Hi Shin !! La bataille de Kokuyou se déroule sans que l’un des deux camps ne prennent le pas sur l’autre. Les combats s’intensifient toutefois suite à une charge puissante, menée par l’unité de Hi Shin, tandis que Kanki demeure toujours sur le retrait. Du côté des forces de Zhao, le général Kisui, déterminé à défendre ses terres, fait montre d’une grande bravoure, tandis que le commandant en chef Keisha, étonnamment, décide d’agir d’une façon contraire à ses habitudes. C’est toute la région de Kokuyou qui bouillonne sous l’enthousiasme des soldats des deux armées, bien résolues à en finir…!! 

Tome 44 : En route vers les sommets ! Alors que le cliquetis des armes résonne bruyamment dans toute la région de Kokuyou, l’unité Hi Shin s’apprête à réussir ce qui lui vaudra incontestablement les plus grands mérites de cette bataille. Sur qui la foudre de Shin et de ses camarades va-t-elle tomber ? Le seigneur Kisui, général talentueux de Zhao, dont le nom était demeuré mystérieusement méconnu jusque-là, ne compte toutefois pas déposer les armes. Kanki, sortie de son silence, laisse alors planer sur les deux armées, l’ombre de son plan terrible et fait entrer directement la bataille de Kokuyou dans sa dernière phase !!

Tome 45 : Une bien cruelle alternative. Alors que les deux armées semblaient être dans une impasse, la situation va brusquement évoluer sur le champ de bataille de Kokuyou !! Le général Kanki impose à Kisui un choix particulièrement cruel. Tandis que tous les officiers de l’armée de Zhao retiennent leur souffle, quelle sera la décision prise par le seigneur de Rigan ? Se pourrait-il que cette bataille, menée à coups de stratagèmes, arrive enfin à son terme ? Mais qui est cet observateur à l’affût dans les bois ? Et puis surtout, qui est cet homme éminent, venu sans prévenir, rendre visite à Ei Sei, le roi de Qin, directement dans la cité de Kanyou…?! 

Tome 46 : Quel destin pour Zhao, l’ennemi juré ? Deux jeunes frères, motivés pour intégrer la désormais fameuse unité Hi Shin, se présentent aux épreuves de recrutement. Leur génie indéniable au tir à l’arc, servira-t-il d’élément-clef permettant à cette unité de s’élever ? Au même moment et dans l’optique d’unifier toute la Chine, l’Etat-major de Qin prépare une grande guerre contre son voisin Zhao. Cependant, Riboku, le chancelier de cet état, ne laisse entrevoir aucune carte de son jeu. Quelle stratégie pourra donc bien conduire les troupes de Qin vers la victoire ? 

Synopsis

Mon avis : J’avais vraiment précisé la dernière fois qu’après avoir suivi mon arc préféré, celui le plus politique jusque là, j’avais spécialement peur d’arriver à juste un enchaînement de guerres sans personnalité. Et finalement, la découverte de la bataille sur les cinq collines de Kokuyou a très vite démarré.

Il va donc être plus que grand temps de découvrir si sa conclusion me convient également et me rassure quant au destin de la deuxième moitié de Kingdom.

Ah bon, c’est comme ça alors ? Je suis vraiment convaincu par cette bataille. Encore une fois, Yasuhisa arrive à créer des situations originales, ce qui est vraiment passionant.

En meme temps, comme Kanki est le chef, il fallait s’attendre à de l’originalité. Je ne supporte aucunement son caractère mais alors niveau plan, je prends largement. J’apprécie tour spécialement ce jeu de patience qui met une superbe pression à l’adversaire.

À cause de cette attente, un groupe se déplace et c’est à ce moment là que la bataille bouge enfin et devient compliquée. Compliquée certes mais certainement pas complexe.

Et donc c’est vraiment drôle de voir Keisha sortir de sa toile pour détruire l’unité Hi shin. Le voir poursuivi par un troupe de sauvages. Les voir bloqués par les chefs de Zhao. Voir une commandante de Kanki en profiter pour avancer. Bref, il y avait un nombre conséquents de véritables forces en présence et c’était intriguant de tous les voir réagir les uns après les autres juste pour une simple petite attente de la part de Kanki.

Mais surtout, j’ai été touché par ce tome principalement par l’histoire des trois membres de Zhao principaux de cette bataille. J’aime beaucoup la tristesse que porte ce flashback. Le thème de l’héritage et du poids à porter est important dans Kingdom et finalement, il ne l’est pas seulement dans l’état de Qin. Ainsi, je soutiens de tout mon être les trois fils du dernier gérant en date de Rigan.

Je n’ai pas non plus énormément de choses à dire sur ce tome car il est surtout concentré sur la bataille pour la rendre clair alors qu’elle fait intervenir un nombre conséquent. Il faut juste que je mentionne en plus que c’est Kyoukai qui entend cette histoire et qui s’attache au peuple de Zhao tout en promettant qu’aucun innocent ne souffrira. Sinon, c’était une très bonne surprise encore une fois.

Ah, ça m’embête un peu de ne pas écrire quelque chose à la hauteur de Kingdom mais je ne suis pas non plus un gros aficionado des batailles et qu’il n’y a pas non plus de grosse nouveautés marquantes hors flashback ennemi et imbroglios de petits groupes. C’est un très bon tome sur le moment mais pas spécialement marquant.

C’est ainsi qu’on arrive au tome 44 de la série. J’ai enchaîné celui-là directement après le précédent et j’ai bien fait puisque j’ai reporté mon appréciation de celui-ci sur le précédent. En même temps, on est sur quelque chose de très spécifique ici.

Tout d’abord Shin a affronté un des grands généraux adverses : Keisha. Et je ne retire pas grand chose de se personnage qui s’est éteint très rapidement, dans l’ombre comme depuis le début de sa petite vie. C’est dommage, il avait du potentiel mais j’étais plus touché par le trio que forment Kisui, Ryûtoh et Batei. D’ailleurs, un des trois trouve la mort au même moment et a réussi à cacher l’autre à mes yeux. C’était particulièrement étrange.

Par contre, on a enfin eu quelque chose de différent quant au traitement de la mort d’un général adverse, c’était passionnant. Effectivement, pour une fois, le combat et la défaite se sont déroulés dans l’ombre. C’est un défaut pour ce duel mais un point positif pour la guerre étrangement. C’était intriguant de voir le peu de personnes au courant essayer de gérer tout seul et de contenir la situation.

Mais surtout, Kanki entre en action en décimant les innocents alentours pour menacer Kisui et lui dévoiler sa volonté de faire de même à la dans sa ville d’origine. Et c’est ainsi, grâce à ce personnage que j’exècre et à la découverte de tout ceci par Shin et Kyoukai, que le tome devient splendide.

On a enfin le moment de rupture quant au problème de vision de la guerre posé depuis le début de cette bataille. La tension est furieusement palpable dans le camp de Kanki. Ça se menace de toute part pour faire changer les méthodes et faire comprendre que la guerre ce n’est pas ça. C’était hypnotisant ces querelles intestines. D’autant plus avec l’arrivée de Bihei.

En effet, celui-ci semble aux yeux de Shin et des autres avoir accepté les méthodes de Kanki et avoir volé un bracelet à quelqu’un.

Bihei est un personnage que j’aime beaucoup pour sa présence toujours utile alors qu’il n’est qu’un simple humain et qu’il n’a pas de rêves grandioses comme moteur. J’aime donc tout particulièrement qu’il y ai une tension autour de lui au sein de l’unité Hi Shin. Et surtout, c’est l’occasion d’expliquer encore une fois que c’est l’unité qui a le plus de potentiel et le plus de coeur. J’aime cette unité.

Très très plaisant ce tome, surtout sur sa deuxième partie en fait. Je ne suis pas particulièrement marqué par le combat final de Keisha mais j’aime beaucoup ses conséquences qui sont bien cachées pour une fois. Je n’aime toujours pas le caractère de Kanki mais j’avoue adorer ses plans. Mais surtout, c’est une véritable plaisir immense ce passage de querelles intestines entre l’unité Hi Shin et tout le groupe de Kanki puis entre la première et Bihei. Très juste et touchant grâce à un personnage qui n’est qu’un simple humain et donc une grosse réussite. Voyons voir l’issue de cette bataille maintenant.

24 heures après, je me plonge dans le tome 45 et j’ai donc trouvé sans aucun doute mon tome préféré de cet envoi.

Nous avons la fin de la bataille de Kokuyou grâce au magnifique plan de Kanki qui sera quand même bien monté dans mon estime. Devoir faire faire un choix cornélien à un des principaux généraux adverses fonctionne vraiment bien. Évidemment, c’est un beau salaud mais il est follement efficace. J’ai hâte de le connaitre mieux et de comprendre son moteur.

Surtout, on a de la politique ! On arrive à un arc que j’ai vraiment apprécié, celui des bureaucrates. Le nom ne vend pas spécialement du rêve mais qu’est-ce qu’il m’a fait vibrer !

Ei sei doit encore prouver au monde que c’est un grand monarque et qu’il a de la suite dans ses idées. Cet arc met donc en avant Riboku, le monarque de Qi et un des piliers de Ryo Fui. C’était intéressant de tous les voir se tourner vers Sei. Celui-ci avait déjà pris conscience des faiblesses de son plan d’unification mais continue d’être sûr de lui. Il propose une piste solide de solutions et je suis intrigué. De ce fait, il arrive à se faire attendre un tant soit peu mais ce monarque à la langue de serpent m’intrigue grandement quand même.

J’ai grandement apprécié cette « guerre » des bureaucrates d’autant plus qu’elle permet de faire revenir un nouveau pilier de Ryo Fui. En même temps, on a vraiment besoin d’une force politique puissante pour servir le plan.

Sinon, l’unité Hi shin part se renforcer et ça fait plaisir d’avoir de nouveaux membres pour lesquels on pourrait craindre. Et oui, les anciens s’entraînent et des niveaux arrivent. On nous présente deux frères principalement et ils commencent déjà à être attachants. Mais justement, c’est ça qui me fait peur, il commence à y avoir trop de personnages pour lesquels je crains dans cette unité.

Et voilà, c’est déjà tout pour ce tome car les discussions, bien que passionnantes, prennent de la place. C’était vraiment passionnant ce passage par Kanyou puisque Sei récupère quelques soutiens utiles et se présente à d’autres puissances. Tres largement mon volume préféré des quatre de cet article. Après, il en reste un encore.

Après ce tome qui m’a vraiment emballé, j’ai enchaîné directement par le volume 46. Que va t’il se passer après avoir évité une deuxième coalition ?

Déjà, nous suivons la fin du recrutement des nouveaux membres de l’unité Hi Shin. Hormis l’histoire des deux frères et de leur père qui permet de les rendre attachants très rapidement, j’ai trouvé l’ensemble un peu long. Mais comme ça, l’augmentation globale de force de l’unité est vraiment bien justifiée.

Je crois qu’on part ensuite sur une guerre d’une bonne longueur vu la quantité et la qualité des forces en présence. Trois grands généraux d’un côté, un pays entier de l’autre. D’ailleurs, en plus de ces trois grands généraux, l’état-major de Qin compte grandement sur la versatilité des trois jeunes. Entre Ousen, Mouten, Ouhon et Shin, on tient quatre généraux qui vont grandement être mis en avant puisque le but sera de surprendre Riboku.

La guerre commence sur les chapeaux de roues avec un jeu de dupes rondement mené pour pouvoir surprendre Riboku. J’aime beaucoup que tout le départ de l’armée géante de Qin soit basée sur un énorme mensonge. Entre le fait que le plan soit fou, qu’ils donnent le change pour faire croire à quelque chose et qu’ils partent comme des dératés vers le vrai plan, celui-ci me paraît fantastique.

Ainsi, nous avons quelque chose de purement stratégique et d’original, ce que j’attends maintenant de Kingdom puisqu’on a déjà fait un bon tour des guerres de puissance.

Nous avons également un tour au sein de Zhao pour présenter de nombreux généraux, pour présenter la défiance à l’égard de Riboku et le monarque qui me dérange déjà grandement. Je crois qu’il y a déjà quelques têtes que je veux voir tomber.

Je suis intrigué par ce qui s’annonce et qui conclut parfaitement ce bel envoi. Mais je croise les doigts pour que ça ne soit pas trop chargé ou que ça reste suffisamment clair.

En somme, on a un envoi bien complet encore. Pas sûr que le prochain le soit encore puisque le départ de la guerre va prendre un peu de temps je pense. On termine la bataille de Kokuyou qui m’a convaincu sur la deuxième partie de Kingdom. Je me suis attaché à quelques généraux et ai été dingue de toutes les stratégies mises en place pour remporter la victoire. En plus de ça, on a un peu redressement de l’unité Hi Shin. On enchaîne sur un arc purement politique parfaitement réussi puisqu’il me convint parfaitement sur la motivation de Sei et m’intrigue grandement sur le futur. Enfin, on a le début d’une guerre gigantesque sur un plan audacieux et piégeur de toutes beautés. Une très belle réussite !

Note : 5 sur 5.

Merci beaucoup de m’avoir lu. N’hésitez pas à me partager votre avis sur ce titre et sur cet article et à me partager tout ça, ça m’aidera beaucoup. On se revoit très vite. Le 27 août 2020, nous pourrons suivre les quatre prochains tomes en librairie. Merci à tous, c’était Komorebi !