Bonjour à tous et bienvenue sur le blog de Komorebi pour parler une nouvelle fois du peuple vikings. Après avoir parlé du dernier tome de Magnus Chase et des deux premières saisons de Vikings, nous allons attaquer une nouvelle œuvre sur cet univers. D’ailleurs Vikings revient bientôt sur le blog puisque j’ai presque terminé la saison 3, je commence à être entièrement convaincu même si je n’en pas un grand fan. Aujourd’hui au programme c’est donc Vinland Saga tomes 1 et 2 grâce à l’offre découverte de Kurokawa. N’hésitez pas à me partager votre avis sur cette œuvre, j’en discuterai avec plaisir. Bref, qu’est-ce que c’est et qu’en ai-je pensé ? C’est parti !


15 janvier 2009/ 12 mars 2009
Makoto Yukimura
Kurokawa

Depuis qu’Askeladd, un chef de guerre fourbe et sans honneur, a tué son père lorsqu’il était enfant, Thorfinn le suit partout dans le but de se venger. Mais bien qu’il soit devenu un guerrier redoutable, il ne parvient toujours pas à vaincre son ennemi. Au fil des ans, enchaînant missions périlleuses et combats afin d’obtenir des duels contre l’homme qu’il hait plus que tout, le gentil Thorfinn est devenu froid et solitaire, prisonnier de son passé et incapable d’aller de l’avant. Jusqu’à ce que la vie le force à regarder le Monde différemment…

Thors et sa famille menaient une vie paisible dans un petit village d’Islande… Jusqu’à ce jour terrible où un navire des Vikings de Jom entra dans le port. À leur tête, le redoutable Floki, oiseau de mauvais augure porteur d’un message sans équivoque pour Thors, le « Troll de Jom ». Si celui accepte de rejoindre les rangs de Jomsvikings dans leur campagne contre l’Angleterre, sa désertion de quinze ans plus tôt sera pardonnée. Sinon, tout ce à quoi il tient sera détruit. Le voile est enfin levé sur le passé de Thorfinn et l’origine de sa haine envers Askeladd.

Synopsis

Mon avis : Les vikings correspondent à une période assez obscure qui m’intéresse spécialement. Pourtant, je ne me retrouve pas spécialement dans la série Vikings puisque je n’aime ni les batailles ni le personnage principal. Heureusement, je peux compter sur Athelstan, Floki et Rollo pour me faire plaisir un peu même si de plus en plus d’intrigues et de personnages arrivent à me toucher. Vinland Saga a donc beaucoup à faire pour me servir des scènes d’action qui me plairaient dans cet univers et pour m’attacher aux perosnnages si haut en couleurs de cette époque.

Comment s’en sortent donc ces deux premiers tomes de Vinland Saga pour introduire les spécificités et les thèmes de leur univers tout en m’apportant ce qui me manque de cette époque ?

Je vais sans doute vous paraître fou par mon originalité mais je vais commencer par le premier tome. Je vais encore une fois être dythirambique avec un premier tome. Il manque encore un petit quelques choses mais il y a beaucoup de belles réussites.

Commençant par le personnage principal, Torfinn. Celui-ci est prêt à tout pour son objectif de vengeance qui l’emprisonne totalement mais il n’en reste pas moins désagréable contrairement à un autre personnage principal prêt à tout.

On nous présente également Askeladd, cible de la vengeance de Torfinn. Je suis en total désaccord avec ses méthodes mais je le respecte pour sa malice et sa vision très éclairée du monde.

Mais c’est surtout en présentant les deux ensembles que l’oeuvre fait des étincelles. Ils se servent, chacun à leur niveau, de l’autre. Je me demande vers quoi pourra mener ce cercle de vengeance duquel il ne pourra découler absolument rien de bon. D’autant plus que Torfinn ne se définit que par ça après deux tomes.

Le tome a également apporté une réflexion intéressante sur la liberté grâce à celle d’Askeladd. C’est-à-dire que nous sommes tous prisonnier de quelque chose : Torfinn de sa vengeance ; Gorm, un chef de village, de l’argent ; les Esclaves de leur maître. Je suis très intrigué de voir jusqu’où Yukimura va pousser ce thème.

Nous assistons en début de volume à un pillage en bonne et due forme de la part des troupes d’Askeladd et c’est typiquement le genre d’action qui me plaît. Ils réfléchissent pour prendre les adversaires par surprises, trahissent leurs alliés. Le tout dans la bonne humeur et avec un côté mythique bien présent.

Mais surtout, ce qui m’a frappé avec ce tome 1, c’est qu’après seulement 100 pages de récit, nous sommes déjà partis pour un flashback. Ainsi nous découvrons le personnage de Thors, père de Torfinn qui semble être très droit et très sûr de sa vision du monde. Il donne un coût à la vie des autres plutôt étonnant dans cet univers brut mais vraiment plaisant à voir. Pourtant, même aussi libre qu’il l’est actuellement et sachant qu’une terre promise les attend à l’Ouest, le voilà malheureusement rattrapé par son passé.

Évidemment, comme il s’agit d’un flashback, nous connaissons le gros des destins des personnages concernés mais ça ne rajoute qu’encore plus à la tragédie qui se déroule et qui va continuer dans le tome 2.

D’ailleurs, je ne sais pas ce que vaut le scénario de Vinland Saga d’un niveau historique mais je regarderai qu’une fois que ce sera terminé pour éviter de me gâcher quelques évolutions de perosnnages. Mais même si la forme change, le fond est clairement parsemé d’historique qui fait du bien.

Maintenant qu’on a pris plaisir avec un petit 16/20, il va être temps de découvrir la fin du flashback dans le tome 2.

Nous arrivons donc déjà à la deuxième moitié de cette chronique. Je le dis tout de suite car ça me pèse mais je trouve ça particulièrement osé de faire ça sur les 400 premières pages de l’oeuvre. « Ça » quoi, me demanderez-vous. Le fait de n’avoir que 100 pages du récit avant de plonger dans un flashback complet de 300 pages. Je trouve ça particulièrement audacieux et intéressant. Tant mieux si ça marche en plus. Mais pourquoi ça marche ?

Déjà pour le décalage entre les personnages au moment de l’annonce du départ en guerre de ce petite village d’Islande. J’ai trouvé ça tellement criant de vérité de voir Thors être dévasté en apprenant cette nouvelle car il sait ce qui l’attend alors que tous les jeunes sont absolument fous de joie. En même temps, ils ne connaissent la guerre que par les récits victorieux des survivants, pour eux la guerre ne signifiant que ça. Je trouve ça cyniqueet glaçant mais terriblement juste.

Ensuite, pour le plus gros point fort de ce début de Vinland Saga, Floki lui-même. Et non c’était une petite blague, parcequ’il s’agit d’un de mes trois personnages préférés de Vinkings mais on ne connait encore rien de lui pour l’instant.

Le véritable gros point fort de Vinland Saga pour linstant n’est autre que le personnage de Thors. Il est tellement droit, sage et protecteur, je l’aime vraiment énormément.

Déjà qu’il accepte de payer le prix de ses erreurs passées desquelles il s’était éloigné pour ses enfants, s’il le fait en souhaitant accepter son destin absolument seul, ça ne fait qu’augmenter toute la grandeur que je lui trouve.

Et même dans l’affrontement de la fin du volume, j’ai beaucoup aimé le fait que tous les personnages finissent par reconnaître sa valeur absolue. En même temps, il a toutes les qualités guerrières et stratégiques pour être le parfait vikings mais il estime qu’un vrai guerrier n’a besoin d’épée.

J’ai menti quand j’ai dis que tous le respectait, il reste un adversaire qui est moins touché par ses valeurs et qui va permettre de parler des méthodes de combat que j’apprécie dans Vinland Saga. En effet, les combats des Vikings sont très sales. Je ne parle pas que de sang ou d’organes mais également de méthodes un peu discutables. J’aime beaucoup l’idée de suivre des perosnnages prêt à piéger, se doper, prendre en otage pour sortir victorieux.

Bref, ce tome est une grosse réussite puisqu’il présente les éléments qui seront sans doute essentiels à Torfinn pour être à la hauteur de son père même s’il n’a encore compris aucun de ses messages. En tout cas, qu’importe ce qui m’attend après, je suis fou de joie d’avoir démarrer l’aventure Vinland Saga juste pour le personnage de Thors que je trouve très très réussi.

En somme, il s’agit là d’une très bonne découverte dans cette création de la rancoeur et de l’incompréhension de Torfinn. On a droit à des batailles qui m’ont eu, à un personnage vraiment marquant, à un coté historique pour l’univers et des méthodes discutables juste comme il faut. J’ai beaucoup aimé ce départ qui m’a servi ce qui me manquait dans l’univers Vikings tout en introduisant parfaitement ses spécificités. Il ne reste plus qu’à voir quand et comment d’autres personnages suivront la bonne voie.

Note : 4.5 sur 5.

Merci beaucoup de m’avoir lu. N’hésitez pas à me partager votre avis sur ce titre et sur cet article et à me partager tout ça, ça m’aidera beaucoup. On se revoit très vite. Et un jour peut-être nous continuerons ces aventures nordiques. Merci à tous, c’était Komorebi !