Bonjour à tous et bienvenue sur le blog de Komorebi. Aujourd’hui, triple Komoritique mangas puisque pendant le confinement, Kazé a offert les trois premiers de nombreux de leurs titres gratuitement sur les plateformes de lecture en ligne. Aimant quelque peu découvrir des œuvres, j’ai absolument tout pris. N’ayant pas le courage de faire des milliards d’articles sur ces mangas dont je ne lirais clairement pas la suite de sitôt, j’ai décidé de créer des sortes de match où je confronte deux œuvres dans l’optique de choisir celles qui auront le plus de chance d’être lues plus tard. Bon, comme il m’en reste 3, le match final sera avec 3 camps. Mais ce n’est pas si dérangeant puisque j’ai déjà lu au moins les trois premiers tomes de chacun des candidats du jour. Je vais donc vous présenter le trio final d’oeuvres qui me ravivent des souvenirs, puis je vous expliquerai lequel je préfère et pourquoi. C’est parti !


  • Dans le coin gauche se situe une œuvre gourmande, craquante. On a des gros formats qui se laissent mener par la construction de leur menu dans un univers où la nourriture se débat quelque peu. Vous l’aurez deviné, il s’agit de Toriko.

Dans un monde où la gastronomie règne sans partage, les plus grands restaurants rivalisent d’ingéniosité pour offrir les menus les plus succulents ! Mais les meilleurs ingrédients sont souvent rarissimes et très risqués à obtenir… Chargé de mettre la main sur de la viande de galala-­‐gator, le chef cuisiner Komatsu fait la rencontre de la crème des chasseurs de denrées rares : l’herculéen Toriko. Commence alors une  périlleuse quête à travers une flore pleine de mystères et peuplée d’un bestiaire aussi farfelu que dangereux…

Résumé
  • Dans le coin droit nous avons un terrible papier qui annonce notre mort 24 heures avant qu’elle n’arrive. On nous présente beaucoup de réactions différentes par rapport à cette dure situation tout en questionnant son utilité. Il s’agit bien évidemment de Ikigami

De nos jours, une loi stipule que pour le maintien de la prospérité du pays, tous les enfants qui entrent à l’école primaire doivent être vaccinés. Ce vaccin inocule une substance capable d’entraîner la mort à une date et heure précises programmée en amont. Un jeune sur mille entre 18 et 24 ans est concerné. Fujimoto, fonctionnaire est chargé de délivrer ce préavis de décès aux familles, appelé “Ikigami”…

Résumé
  • Dans le coin central se situe un univers où des monstres géants attaquent une ville. Heureusement, une organisation les affronte et un petit mec aux cheveux blancs fait son apparition pour les aider. Le dernier candidat n’est autre que World Trigger.

Yûma Kuga est un étudiant étranger qui vient d’arriver dans la ville de Mikadoshi. Osamu Mikumo, un autre élève de sa classe est chargé de s’occuper du nouveau venu, mais le premier jour à la sortie des cours, ils assistent à l’ouverture d’une brêche dans la réalité, et à l’apparition d’un Naver, race d’envahisseur qui vient d’un monde parallèle. Osamu intervient et utilise une arme issue de la technologie ennemie, le Trigger, qui lui permet de faire appel à des pouvoirs spéciaux. Ce jeune étudiant à l’allure docile se révèle être un membre du BORDER, l’organisation de soldats d’élite qui contient l’invasion des Navers. Mais peu aguerri, Osamu se retrouve en fâcheuse posture et est alors sauvé par le chétif Kuga, lui aussi en possession d’un Trigger… mais d’une puissance sans commune mesure avec celui d’Osamu… Quelle est la véritable identité de Kuga ? Qui est-il vraiment, et pourquoi venir dans cette école ?

Résumé

L’heure du match

Maintenant que les présentations sont faites, il est l’heure de choisir lequel je préfère parmis les trois sur les trois tomes que j’ai pu lire de chaque côté. Il y en a un qui ne peut d’office pas prétendre au titre de préféré, le match se joue donc entre les deux autres. Et même là, même si les deux sont très différents, je pense avoir fait mon choix mais nous tenons là deux très belles œuvres. Bref, mon préféré des trois est celui que j’ai lu en deuxième puisqu’il m’a bien plus impliqué dans son univers au départ et donc pour leurs aventures ensuite, il me paraît être le plus pertinent. Et de toutes façons, préférant l’émotion et les messages politiques à la cuisine et aux aliens, le vainqueur est évident. Trêve de suspens, il va être temps de vous nommer l’oeuvre que j’ai préféré. Le vainqueur est donc :

Ikigami – Préavis de mort

Mais pourquoi ce choix ?

Dimanche 10 mai, j’ai lu les trois premiers tomes de Toriko. Comme elle était drôle cette relecture. Il n’y a aucun echellonage, pas d’étapes douces, on est directement dans la démesure mais c’est directement très réussi. J’aime beaucoup le personnage de Toriko dont on présente les beaux principes dans la deuxième histoire et celui de Komatsu qui permet un peu de banalité et une bonne façon de découvrir cet univers. Il y a toujours besoin d’un personnage commun pour bien découvrir les univers bien remplis. C’était très bien ce premier tome mais il ne s’agissait que de quelques petites histoires avec des animaux spécifiques. Je me demande à quoi ça peut ressembler avec un fil rouge. Le tome 2 ne contenait qu’une seule histoire mais cette était juste passionnante. J’ai adoré découvrir Coco, sa tristesse et ses pouvoirs, il était bien réussi. Le fait qu’il puisse voir l’avenir a créer une épée de Damocles intéressante et a montré le danger de ce monde. La chasse finale à la baleine était d’une douceur surprenante et bienvenue. Je suis carrément convaincu. Encore une fois, il y a un peu de moins avec le tome 3, comme souvent, mais c’est passé très rapidement tout de même. On agrandit l’univers en expliquant le fonctionnement de l’organisation gourmet et en présentant son ennemi. Un peu plus lourd à lire mais beaucoup de bonnes idées dans cette arène comme la volonté de la battle wolf ou la confrontation idéologique. Trois tomes rondement menés tout comme je m’en souvenais. Je ne me sens pas prêt à me lancer encore dans un nouvelle longue aventure mais si l’occasion se présente, ce sera avec grand plaisir. Comme tout grand shônen d’aventure, le monde dans lequel évolue Toriko, le héros, ne connaît aucune limite. Pour trouver sa place dans un environnement pareil, il faut forcément des personnages hors du commun. Les Gourmet Hunters, ces chasseurs de saveurs sans peur, possèdent des capacités et des pouvoirs hors du commun, grâce à leurs gènes à l’origine mystérieuse ! Leur caractère attachant et leur humour n’ont d’égal que l’effarante inventivité dont ils font preuve pour se sortir de situations plus incroyables les unes que les autres.

Lundi 11 mai, j’ai lu les trois premiers tomes d’Ikigami. Quelle relecture pleine de vie, c’est encore plus dingue quand elle est basée sur la mort. Nous avons droit un univers terrible avec des livreurs de mort qui posent des bonnes questions. Et voilà donc deux histoires terriblement humaines. Tout d’abord une histoire de vengeance et de traumatisme qui est terrible du côté de l’oppressé mais qui trouve une magnifique conclusion. J’ai moins aimé celle du duo de musiciens divisé à cause des requins de l’industrie mais c’est très réussi également. Pour le deuxième tome, le fil rouge avance doucement en éloignant le personnage de la solitude comme les deux belles histoires de ce tome d’ailleurs. La première était agréable et a permis un vrai coup de fouet à un égoïste prêt à tout pour ses rêves et qui change bien. La deuxième est magnifique avec cette sincérité des personnages âgées et la beauté de ce que fait l’élu pour eux. J’adore tellement l’ensemble, des belles histoires personnelles et humaines qui évoluent en même temps que les questionnements de notre livreur ! Pour le troisième et dernier tome de cette chronique, je n’ai qu’une chose à dire : tellement beau ces deux histoires. Autant celle sur le fils qui voulait briser sa mère pour enfin pouvoir exister à ses yeux que celle du frère prêt a tous les mensonges pour sauver sa sœur. Deux histoires particulièrement touchantes et qui commencent à impliquer Fujimoto. Cette œuvre est une véritable réussite sur son premier tiers. Voilà très clairement le gagnant de ce match. Un Thriller d’anticipation ou l’émotion suscitée se heurte à la terreur de cette société à la fois extrêmement proche de la nôtre et parfaitement alliénée par l’idéologie. Cette œuvre ne cesse de remporter l’adhésion et la reconnaissance du public et des professionnels.

Mardi 12 mai, j’ai lu les trois premiers tomes de World Trigger. J’estime que le premier tome est plutôt propre. J’aime bien l’idée des identités secrètes pour nos deux héros qui les mettent à des places bien gênantes par rapport à leurs caractère ou capacités.
L’univers ne m’emballe pas encore plus que ça mais je veux savoir où vont mener les mensonges et comment vont ils tenir face à la jeune surdouée. Le deuxième tome permet qu’on en apprenne plus sur les règles de l’univers et sur le Border. On développe le duo au travers des autres mais j’ai un peu de mal avec la construction et avec les affrontements pour l’instant mais ce n’est clairement pas désagréable. A voir comment va faire pencher le dernier tome de cette émission. Et bah, il ne s’en sort pas haut la main puisqu’il met en scène un poil trop de personnages secondaires pour qu’ils soient bien traités mais les personnages principaux sont très intéressants et attachants. Voir leurs objectifs et leur volonté d’être une équipe est bien agréable. Je sens que ça va être terrible de découvrir Osamu assumer de plus en plus son rôle de chef. Pas totalement convaincu non plus mais très intrigué. Pour être tout à fait honnête, je n’ai pas grand chose à retirer de l’oeuvre, que ce soit en positif ou en négatif. Pourtant, la série est reconnue donc soit les qualités que j’attends viennent après, soit ce n’est pas pour elles que l’oeuvre est reconnue. Ça m’intrigue grandement mais voilà World Trigger classé troisième aujourd’hui.


Merci beaucoup de m’avoir lu. N’hésitez pas à me partager votre avis sur cet article et sur ces œuvres. Manifestez vous pour défendre votre préférée. Fin du voyage pour cette émission qui aura duré, je remercie encore Kazé pour toutes ces offres pendant le confinement. Quel pied de découvrir toutes ces œuvres. En tout cas, je vous donne rendez-vous demain 9h48 pour un article tout frais tout propre. Merci à tous, c’était Komorebi !