Bonjour à tous et bienvenue sur le blog de Komorebi. Aujourd’hui, double Komoritique mangas puisque pendant le confinement, Kazé a offert les trois premiers de nombreux de leurs titres gratuitement sur les plateformes de lecture en ligne. Aimant quelque peu découvrir des œuvres, j’ai absolument tout pris. N’ayant pas le courage de faire des milliards d’articles sur ces mangas dont je ne lirais clairement pas la suite de sitôt, j’ai décidé de créer des sortes de match où je confronte deux œuvres dans l’optique de choisir celles qui auront le plus de chance d’être lues plus tard. Et aujourd’hui nous avons deux œuvres pour lesquelles j’ai déjà lu au moins les trois premiers tomes à une époque lointaine. Je vais donc vous présenter deux œuvres basées sur le comique pour raconter une histoire ou faire passer des messages, puis je vous expliquerai lequel je préfère et pourquoi. C’est parti !


  • Dans le coin gauche se situe un club qui permet de résoudre les petits soucis de lycée. On a un beau trio, un humour certain et des beaux messages sur la reconnaissance de soi et des autres qui ne sont jamais évidents. Il s’agit bien évidemment de Sket Dance.

Le Sket Dance accepte toutes les missions… Mais ne garantit pas les résultats !

Support, Kindness, Encouragement et Troubleshooting. Ce sont les quatre mots qui forme la devise du SKET Dan, un club entièrement dédié à la résolution des problèmes des élèves. Entre un leader pas très malin, une ex-délinquante pas toujours pacifique et un geek super informé mais muet comme une tombe, les membres du club ne sont pas exactement des modèles de banalité, mais comparés à leurs clients, ils sont d’une étonnante normalité ! Car les missions qui s’enchaînent vont les confronter à la galerie de lycéens la plus loufoque du Japon !

Résumé
  • Dans le coin droit nous avons droit à un bébé, des démons et des voyous dans un lycée également. Voilà un mélange détonnant où humour et émotions côtoient des batailles pures et dures. Il s’agit bien évidemment de Beelzebub.

Tatsumi Oga, dit « le Fou Furieux », est la terreur d’un des lycées les plus craignos du Japon ! Un jour, alors qu’il donnait une leçon de politesse à une bande de racailles imprudentes, il repêche un géant moustachu dénommé Alindolon, qui aussitôt se fend en deux pour laisser entrevoir un nouveau-né. Ce bébé, qui se prend immédiatement d’affection pour le jeune voyou, n’est autre que… le fils du Diable ! Tatsumi va alors vite comprendre qu’il a été choisi pour l’éduquer et en faire le destructeur de l’humanité…

Résumé

L’heure du match

Maintenant que les présentations sont faites, il est l’heure de choisir lequel je préfère parmis les deux sur les trois tomes que j’ai pu lire de chaque côté. Ce n’est pas évident de ne me baser que sur ces trois premiers tomes puisque j’ai souvenir des bons moments passés avec les tomes suivants des deux oeuvres. Quand bien même, je pense avoir trouvé notre champion mais les deux font partie des meilleures œuvres que j’ai pu lire avec cette offre de Kazé. Bref, mon préféré des deux est celui que j’ai lu en deuxième puisqu’il me semble avoir plus de classicisme mais plus de potentiel sur la dureedurée . Et de toutes façons, préférant les bébés démons électriques aux clubs, le vainqueur est évident. Trêve de suspens, il va être temps de vous nommer l’oeuvre que j’ai préféré. Le vainqueur est donc :

Beelzebub

Mais pourquoi ce choix ?

Vendredi 08 mai, j’ai relu led trois premiers tomes de Sket Dance et ce fût un grand oui, comme à la grande époque. J’aime toujours autant cette petite ambiance insouciante qui permet de traiter des dérives humaines avec beaucoup de légèreté. J’apprécie grandement la capacité du personnage principal qui lui permet de tout comprendre et qui nous donne de quoi réfléchir correctement. Les petites histoires sont drôles principalement pour l’instant. Mais celle sur Himeko était bien utile pour son développement. Ensuite, au niveau du deuxième tome, j’ai noté un rythme très efficace dans son alternance entre histoires comiques et plus sérieuses et aussi entre anciens et nouveaux personnages. L’univers est crédible et les histoires sont intéressantes, que demander de plus ? Mention spéciale à la beauté de la première histoire sur la rencontre plusieurs années après et à l’affrontement contre le bureau des élèves. Enfin, j’ai trouvé le troisième et dernier tome de cette chronique moins convaincant mais très bon quand même. J’ai bien aimé l’histoire autour d’un possible manga sur sket dance qui brisait bien le quatrième mur ainsi que la plus émotionnelle des autres. Et on est parti pour un affrontement dans les règles de l’art avec le bureau des élèves et une composition étrange.
Tres très bon ces trois tomes, comme dans mes souvenirs. Sket Dance est un vrai manga humoristique mettant en scène les aventures rocambolesques d’un trio qui s’évertuera à répondre aux requêtes les plus folles de leurs camarades et professeurs. Outre l’humour omniprésent on découvrira une galerie de personnages attachants (et parfois même franchement touchants) qui, au fil des différentes missions du club, donnent vie à ce lycée fou fou fou. Ce n’était pas une des séries les plus populaires du Weekly Shônen Jump pour rien.

Samedi 9 mai, j’ai relu pour la troisième fois les trois premiers tomes. Dès le premier tome, j’y ai trouvé bien des éléments réussis. Les personnages sont de bien beaux exemples de leur genre, tous autant qu’ils sont. Oga veut se débarrasser de Beel et doit donc éloigner ses passions. On a la date limite de la destruction de l’humanité par Beel. Et aussi, la vengeance des grosses têtes du lycée. Beaucoup d’éléments réussis qui vont sûrement encore mieux réussir quand ils vont se mélanger. Pour le deuxième tome, nous avons le droit à un chapitre sur l’arrivée ou non d’Oga pour sauver ses amis, c’était plutôt intéressant. Ensuite, on introduit Kunieda des 4 grosses têtes et que c’est drôle cette présentation en trois parties (civile, alliée, ennemie). J’aime beaucoup l’ambiance légère de tout ceci qui n’oublie pas de raconter des choses sur ses personnages. Enfin, pour le troisième et dernier tome de cette chronique, j’ai trouvé très intéressante l’idée des quiproquos et des pièges pour faire tomber Kunieda et Oga. Pas mal de chapitres tranquilles qui ne sont pas des plus passionnants mais nous voilà parti sur la quatrième grosse tête qui a réussi à se faire suivre par Beel. J’aime beaucoup l’ambiance et l’univers de cette œuvre dans cette partie introductive aux différents chefs du lycée. Très agréable et le potentiel pour devenir encore plus barré dans les prochains tomes. Je suis plus en phase ici qu’avec Sket Dance mais ça ne se joue à rien vu la qualité des deux œuvres. D’ailleurs, vous saviez que c’était un des best-seller du Shonen Jump et en top des ventes au Japon avec 500 000 ex / tome quand il y en avait encore.


Merci beaucoup de m’avoir lu. N’hésitez pas à me partager votre avis sur cet article et sur ces œuvres. Manifestez vous pour défendre votre préférée. Ah quel univers merveilleux que le monde des mangas. En tout cas, je vous donne rendez-vous demain 9h48 normalement pour un article encore inconnu pour moi et dans quatre jours pour le dernier Que lite chez Kazé. Merci à tous, c’était Komorebi !