Bonjour à tous et bienvenue sur le blog de Komorebi pour parler d’une oeuvre qui fût ma préférée pendant un certain temps mais qui, sans être mauvaise, me fait bien moins vibrer. Aujourd’hui au programme c’est donc le tome 38 de Seven Deadly Sins. N’hésitez pas à me partager votre avis sur cette œuvre, j’en discuterai avec plaisir. Bref, qu’est-ce que c’est et qu’en ai-je pensé ? C’est parti !

Tome 38


27 mai 2020
Nakaba Suzuki
Pika Edition

Le roi des démons n’est pas mort ! Il s’est incarné en Zeldris pour revenir à la vie une nouvelle fois et invoque immédiatement des “Induras de faveur”. Seuls les Seven Deadly Sins sont de taille pour endiguer l’invasion de ces semeurs de destruction. Ils se chargent donc de la défense de Britannia. De leur côté, Meliodas et Elizabeth sont partis sur le champ de bataille sans rien dire à personne, afin de sauver Zeldris et de mettre un terme à leur sanglant destin. Le combat final s’engage, et la terre tremble sous l’incroyable intensité de cet affrontement !

Synopsis

Mon avis : Ouch, que ce n’était pas spécialement agréable à lire ! De ce que j’ai noté, je n’ai pas ressenti grand chose puisque j’ai trouvé le affrontements vraiment impersonnels au possible.

C’est à dire que nous avons cinq des Seven Deadly Sins contre un Indura. Un Indura, vraiment ?! Ça ne raconte rien, pour aucun des deux camps. Ah si, c’est pour faire perdre du temps aux sins et rendre sa relique sacrée à Ban. Tant mieux pour eux mais ce ne me parle vraiment pas.

Et à côté de ça, nous avons un affrontement Meliodas contre Roi des démons à l’extérieur et un duel contre l’autre fils à l’interieur. Et même l’extérieur, censé faire lui d’un parricide en somme est impersonnelle puisque les adversaires cachent leurs émotions.

En plus de ça, un propos tout récent se répète. Voilà que Meliodas veut gérer la situation seul pour ne pas ajouter de fardeaux à ses amis mais il apprend une deuxième fois qu’il a évidemment besoin d’eux. Il y a un problème évident de construction du récit.

Mais comme je n’aime pas pointer du doigt ce qui ne va pas, ce n’est pas épanouissant, on passe directement aux idées qui m’ont séduites.

Le premier point positif de ce tome est encore une fois dû au personnage d’Escanor qui et vraiment le chouchou de Nakaba.

En effet, alors que son corps ne supporte plus grand chose, qu’il ne possède plus la grâce du soleil, il continue de tenir à la perfection son rôle de héros. Son assurance, sa dévotion, sa force d’esprit qu’on lui connaissait moins sous cette forme et la justesse de ses mots en tant que bouclier m’ont profondément touché.

J’ai trouvé ça terrible de voir son corps dans un si piteux état mais tellement magnifique en voyant que c’était un parallèle de son esprit qui restait intact voir même plus fort.

Et même lorsqu’il demande de l’aide, il est prêt à tout assumer tout seul. Cette magnifique construction de personnage ne laisse que peu de doutes sur son destin mais aussi sur le fait que le lion de l’orgeuil sera le point fort le plus constant de l’oeuvre.

Le deuxième point positif n’est autre que Zeldris qui devient enfin un peu attendrissant car il avait les mêmes rêves que son frère mais plus de pressions.

J’ai ainsi trouvé son destin particulièrement terrible. À l’époque où son grand frère était totalement sous l’emprise de leur père, il n’a jamais trouvé le courage de s’ouvrir à lui. Et une fois Meliodas plein de rêves de liberté en en tête, c’était Zeldris qui était coincé par la pression du père et du rôle à tenir.

J’aime beaucoup cette révolte des deux frères qui montrent que le roi des Demons s’enfonce dans l’erreur même s’il trouve quelques menues idées pour les éloigner.

En somme, nous avons un tome décevant par rapport à ce qu’à pu offrir Seven Deadly Sins mai qui fonctionne quand même grâce à quelques idées. L’idée de faire deux rounds si proches est plutôt discutable, le sentiment d non avancée depuis quelques tome est plutôt présent. J’espère que la trilogie finale sera plus agréable, d’autant plus qu’Arthur sera sûrement au centre des discussions vu qu’il est déjà fait mention de son histoire deux fois.

Note : 3 sur 5.

Merci beaucoup de m’avoir lu. N’hésitez pas à me partager votre avis sur ce titre et sur cet article et à me partager tout ça, ça m’aidera beaucoup. On se revoit très vite. On pourra retrouver Seven Deadly Sins le 19 août 2020 pour l’antépénultiéme tome. Merci à tous, c’était Komorebi !