Bonjour à tous et bienvenue sur le blog de Komorebi pour parler à nouveau d’un film Ghibli, le cinquième si je ne m’abuse. Aujourd’hui au programme c’est Kiki la petite sorcière. N’hésitez pas à me partager votre avis sur cette œuvre, j’en discuterai avec plaisir. Bref, qu’est-ce que c’est et qu’en ai-je pensé ? C’est parti !

Les films Ghibli


Kiki est une jeune sorcière qui vient de fêter ses treize ans. C’est une date importante dans sa famille : traditionnellement à cet âge, les sorcières doivent quitter leurs parents et s’établir pour une année dans une nouvelle ville afin de parfaire leur apprentissage.

Synopsis

Mon avis : Quelle beauté, quel voyage, quelle belle aventure nous propose ce film.

On retrouve encore une petite jeune dont le passage à l’âge adulte est encore plus marqué que d’habitude puisque c’est directement expliqué par les coutumes familiales pour devenir sorcière. Et rien que ça déjà, même si la vie de sorcière a l’air de la faire rêver, ça reste bien peu évident de porter le poids de nos parents, de notre famille, de nos coutumes. Rien que sur ce postulat de base, ce cinquième long-métrage du studio m’intriguait fortement.

Alors que Kiki n’a que treize ans comme j’ai eu un jour et comme à presque mon petit frère, elle représente fièrement l’indépendance. En voilà un premier thème bien trouvé et bien traité. Évidemment, elle a besoin de l’aide d’une famille de substitution pour se lancer et trouver quoi faire. Mais une fois le toit sur sa tête, elle se lance à corps perdu dans une entreprise de livraison. À 13 ans ! Elle se fait à manger, elle assume ses erreurs, elle fait passer son boulot avant sa sociabilité, elle refuse de recevoir de l’argent sans le mériter. Voilà un personnage, petit par sa taille et par son nom mais astronomiquement grande par sa morale et son esprit.

En plus de l’indépendance, ce film d’animation traite de l’intégration. En effet, baignant dans l’univers des sorcières de par sa famille, Kiki n’est pas réellement adaptée à la ville dans laquelle elle se pose, ni aux gens qui la peuplent. J’ai trouvé ça absolument passionnant de découvrir comment, par son travail et sa gentillesse, elle finit par arriver à s’intégrer et à trouver sa place dans la ville. Elle commence par la famille de la boulangerie qui me fait absolument fondre et par une petite vieille et sa bonne qui le font tout autant. En effet, elle a bien plus de mal avec sa génération qui apparaît comme moins gentille. Mais finalement, elle arrive à se faire deux amis de son âge : une peintre qui vit en totale indépendance également et un garçon qui est fasciné par notre sorcière.

Et tout ceci est relié par le fil du quotidien que je trouve tellement fidèle mais avec juste la touche onirique qui le rend mémorable. Une tranche de vie généreuse et savoureuse quoi !

Nous avons également le droit à un moment où Kiki pert ses pouvoirs. Et là encore, les deux gros thèmes de l’oeuvre reviennent sur le devant de la scène. Alors que Kiki s’ouvre un peu au garçon, elle se rend compte qu’il est ami avec une fille qui a été absolument odieuse avec sa grand-mère dont j’ai parlé un peu au-dessus. Ainsi, Kiki brise son intégration encore fébrile et voilà ses pouvoirs envolés. Que c’est passionnant ! De ce fait, elle perd de son indépendance vu qu’elle était basée sur ces dits pouvoirs.

Heureusement, c’est le moment que choisit la peintre pour refaire une apparition et pour finir son intégration. Quand on se rend compte que les quelques thèmes du film que j’ai décelé servent autant le propos et forment un tel cercle vertueux ou vicieux selon les situations, c’est juste fantastique.

Je suis sûr que je suis passé à côté de plein de choses, que ce soit dans mon visionnage (que j’ai d’ailleurs encore une fois coupé en deux à cause d’un endormissement 15 minutes avant la fin) ou dans cet article. Mais en même temps, c’est ça la vie aussi, c’est une quête d’indépendance et de liberté tout en réussissant à s’intégrer aux autres et servie par une bonne couche de quotidien. Et vous, arriverez-vous à conserver vos pouvoirs, ou à les retrouver ?

Note : 4.5 sur 5.

Merci beaucoup de m’avoir lu. N’hésitez pas à me partager votre avis sur ce titre et sur cet article. Je vous donne rendez-vous demain à 9h48 pour un nouvel article. Merci à tous, c’était Komorebi !

Écrit le 10 juin.