Bonjour à tous et bienvenue sur le blog de Komorebi pour parler de l’histoire de pirates avec le plus de chapeaux de paille. Aujourd’hui au programme c’est donc bien évidemment One Piece tome 94. N’hésitez pas à me partager votre avis sur cette œuvre, j’en discuterai avec plaisir. Bref, qu’est-ce que c’est et qu’en ai-je pensé ? C’est parti !

Tome 93


One piece tome 94
27 mai 2020
Eiichiro Oda
Glénat

Maintenant qu’ils connaissent la vérité au sujet des “smiles”, Zoro et ses camarades sont plus que jamais déterminés à mener leur opération à bien, d’autant plus que l’exécution de Yasuie leur permet de repartir sur de nouvelles bases. Seulement, ils ignorent qu’un immense danger menace leur capitaine dans la carrière aux prisonniers… Les aventures de Luffy à la poursuite du One Piece continuent !

Synopsis

Mon avis : 50 minutes pour lire les 11 chapitres de ce tome, qu’est-ce qu’il était dense ! J’aime beaucoup la mise en place et je n’ai vraiment pas hâte de la guerre (cf mon article sur Marineford). Pourtant, je n’ai pas été follement convaincu par les deux tomes précédents où on n’avait vraiment aucune idée d’où ça allait. Et donc, même si l’émotion du sacrifice de Yasuie est passée à côté de mon cœur, je le remercie pour avoir rendu le récit plus agréable.

On commence par découvrir le secret terrible les simples. Il faut croire que le trio terrible à l’origine de ce trafic sont des monstres. Je trouve ça vraiment terrible de jouer ainsi avec les sentiments des gens et je trouve que One Piece arrive toujours très bien à présenter le danger et les tragédies dans les populations.

C’est au terme d’une petite bataille sur laquelle je n’ai rien à dire puisqu’il s’agit d’une bataille, que les personnages et donc les intrigues se séparent. Et pourtant Oda arrive à être beaucoup plus clair car il n’alterne pas en continu comme je m’en plaignais dans les tomes précédents. C’est bien mieux de prendre le temps de s’occuper de chaques côtés l’un après l’autre.

D’ailleurs, en plus d’aider les lecteurs Yasuie, il aura permis de créer ce tome plus calme où tous les soucis de la rébellion se voient régler un à un.

On commence par faire un tour à Udon où Oda arrive encore à créer une situation d’entraînement qui me plaît bien. O-lin est bien pratique pour ça puisqu’on a pas vraiment le droit à l’erreur si on s’entraîne sur elle. On découvre également une petite histoire touchante de l’équipage de Kidd qui contribue à le rendre autonome. J’ai trouvé intéressant aussi les capacités de Queen et de Pouilleux à gérer les situations rocambolesques et déséquilibrées qui les incombent. Les ennemis sont absolument horribles : Qui utilise des maladies pour se battre bordel. Et j’ai trouvé ça fascinant la façon dont Luffy a convaincu toute la prison de reprendre espoir et de se joindre à sa cause. Nous avons également Momonosuke qui prend conscience de l’ampleur du poids qui pèse sur ses épaules à cause de son père. Après moultes réussites, mains d’oeuvres validées.

On a également une petite discussion entre Kinemon et Ashura grâce à laquelle on prend conscience de la difficulté qu’on subit les samouraï qui sont restés sur place pendant 20 ans. Et pourtant, le rêve et les objectifs tiennent bon car les samouraïs ne voient pas la vie avec le dos de la cuillère. Très petite partie du tome mais bateaux validés.

Enfin, niveau préparation, nous avons Zoro, Hiyori et Kawamatsu au niveau du pont où le premier avait affronté un moine et Killer précédemment. J’ai trouvé tout ce passage très doux et très touchant. Au vu de leur relation, les retrouvailles entre Hiyori et le kappa fonctionnent vraiment bien. Mais surtout nous avons l’histoire du moine qui a tenu bon pendant 13 après sa rencontre avec Kawamatsu. Le petit kappa doit avoir un sacré cœur et devient directement un de mes fourreaux rouges préférés pour rendre aussi droit les deux personnages qu’il a côtoyé peu de temps. Les solitudes du moine et du kappa étaient vraiment terribles d’ailleurs. Sabres validés.

Il reste ensuite quelques petits passages esseulés. On a un peu de Law qui se sacrifie gentiment pour son équipage, c’est sympathique. Et on a également la rencontre entre deux empereurs qui existe, franchement ça ne m’inspire pas grand chose.

En somme, un tome bien réussi de préparation à la grande guerre. On a pas mal de non-dits et de mystères, ainsi qu’un traitement en un coup de chaque partie qui rendent le récit plus fluide que précédemment. En plus, ce tome donne vraiment plus de sens et plus de poids à la mort du tome précédent. Je me demande ce qui nous attends maintenant et c’est donc un très bon point. Et surtout, n’oubliez jamais que le plus important c’est le rêve des guerriers.

Note : 4 sur 5.

Merci beaucoup de m’avoir lu. N’hésitez pas à me partager votre avis sur ce titre et sur cet article. Nous pourrons retrouver la suite des aventures au pays des samouraïs le 1 juillet 2020. Merci à tous, c’était Komorebi !