Logo officiel de l’oeuvre

Bonjour à tous et bienvenue sur le blog de Komorebi dans ce nouvel article mensuel, le deuxième sur trois. Après avoir étudié en détails des couvertures et avant de revenir sur le mois écoulé, découvrons une œuvre complète de ma collection. Les un an de cette émission ont été fêtés le mois dernier puisque le premier opus est apparu fin mai 2019. Et aujourd’hui, celui-ci nous rapprochera de la fin du mois de mai justement. Voilà donc que le moment de découvrir une des œuvres terminées présente DANS MA MANGATHÈQUE est à nouveau venu. Au programme : Survival, Ordres, Jeu du roi et Origines. Effectivement, l’oeuvre du jour n’est autre que King’s game Origin. J’en profite pour vous repartager les articles DANS MA MANGATHÈQUE sur la partie classique et sur la partie extrême. C’est parti !


En été de l’an 1977, dans le village de Yonaki, un petit hameau situé en montagne, un adolescent découvre dans sa boîte aux lettres une mystérieuse enveloppe noire. À l’intérieur, une lettre qui annonce le début d’un « King’s Game » : le « Roi » ordonne à tous les adolescents de toucher un cadavre humain avant minuit. Dans le cas contraire, toutes les personnes seront punies de mort par pendaison. Au départ pris pour un canular stupide, ce jeu tourne à l’horreur en impliquant tous les habitants, enfants comme adultes. La police est inefficace, et la liste des victimes innombrable. Arriveront-ils à arrêter le Roi avant qu’il ne soit trop tard ?

Synopsis de l’oeuvre

Mini fiche technique : 6 tomes écrits par Nobuaki Kanazawa et dessinés par J-ta Yamada et publiés entre le 12 février 2015 et le 09 juin 2016 par Kana en France.

Mais que dire sur ce titre ?

Ma découverte de la série

King’s Game Origin, préquelle de la série King’s Game, est prépubliée dans le magazine Monthly Action. Elle compte six tomes. Cette série relate les faits qui se sont déroulés dans le village de Yonaki que Nobuaki Kanazawa visite pour tenter de comprendre le jeu du Roi. Ayant été bien chamboulé par ma lecture de l’époque de King’s game et plutôt déçu par celle de King’s game extrême, j’étais plutôt curieux quant à l’idée de découvrir les origines de tout ceci. C’est ainsi que j’ai plongé dans la série à sa sortie et que je l’ai suivie normalement jusqu’à la fin.

Un problème de concept

Le fait d’avoir déjà les clefs de fonctionnement, ainsi que les règles du jeu nous mettent directement dans une situation délicate puisqu’il est compliqué de s’impliquer lors des moments où les personnages se demandent si tout ceci est bien réel. En plus du concept même de troisième saison qui est redondante dans ses débuts, et encore plus avec la relecture, s’ajoute le problème des origines. En effet, comme nous connaissons le résultat escompté par ce premier jeu et que nous avons connaissance d’un seul élément sur les personnages avant le lancement de celui-ci, il est sacrément simple de voir et de comprendre le fil rouge. Imaginez qu’avant de lancer le jeu, on nous parle d’une relation amoureuse qui n’est pas acceptée et qu’une des personnes concernées s’enferme dans la réserve des potions secrètes de sa grand-mère sorcière. Il serait ainsi facile de tout relier et de se gâcher la surprise.

Des bons points

Il y a deux énormes points positifs qui brillaient par leur absence dans les parties précédentes et qui étaient vraiment un gros manque à gagner. Avec cette phrase, je faisais évidemment référence à l’apparition et l’utilisation de personnages non directement concernés par le jeu comme la police et par la disparition de la technologie. Même si la police ne peut rien faire face à une telle puissance monstrueuse et surhumaine, elle reste bien utile par leur rôle de garde-fou. Et c’est sûr qu’une fois qu’elle abandonne la partie, la folie arrive à s’immiscer dans les esprits de chacun pour pouvoir survivre. Rien que pour ce basculement qu’elle permet, l’apparition joue un rôle essentiel dans la série et fait la sensation d’un vent frais sur ce jeu meurtrier. Le second point soulevé est bien personnel puisque je trouve juste que la disparition de la technologie ne rend le jeu que plus réel et plus cruel, ce qui est un sacré exploit quand même.

Deux personnages qui m’insupportent

Dans une moindre mesure, je ne suis pas un grand aficionado du personnage principal puisque celui-ci n’agit que trop rarement. Même si ce n’est pas exécrable puisque ses hésitations ont le mérite de poser des questions, il n’empêche que je ne trouve pas ce caractère particulièrement agréable à suivre. Mais ce n’est rien face au personnage de Michiko qui est celle qui plonge le plus vite et le plus loin dans la folie. Celle-ci enchaîne les actions absolument monstrueuses et inhumaines en les justifiant par un désir de survie plus fort que n’importe quelle question éthique ou morale. Mais, ne supportant pas la folie gratuite, je ne supporte pas le personnage de Michiko.

Par contre, les autres

Par contre, je trouve la grande majorité des autres particulièrement réussis. En effet, ils tiennent tous parfaitement le rôle qu’on leur a donné qu’il soit petit ou grand. En soulevant ce point, je pense par exemple au meilleur ami du héros qui a un beau passage dans une grotte où il doit affronter ses erreurs prouvant tout autant son imperfection que son humanité et qui a un sacrifice plein de sens. Je veux également mentionner le chasseur dont la folie est bien mieux gérée puisqu’on l’avait vu vraiment calme et tendre auparavant, le changement étant justifié. C’est d’ailleurs cette galerie plus réussie que jamais qui explique la passivité qui me répugne chez le personnage principal.

Trop typé teen movie

Au vu des éléments que j’ai soulevé, ma lecture et ma relecture étaient bien plus agréables que pour les précédentes parties. Pourtant, je me vois dans l’obligation de sévir et de sanctionner pour le gros problème de concept avec lequel j’ai ouvert cet avis. Et d’ailleurs, même si les personnages commencent enfin à vivre un peu par eux-mêmes et à être agréables à suivre, cette série n’en reste pas moins une sorte de nanar beaucoup plus gore que nécessaire. Ainsi, ça vaut le coup pour se créer ses premières frayeurs mais l’oeuvre tient bien moins face à la maturité et à la résistance acquise au fil de mes découvertes. Malgré le plaisir à la lecture, je n’en retire pas grand chose seulement deux semaines après et ai encore moins envie de découvrir Spiral avec le premier jeu de Natsuko. Par contre, j’aimerais beaucoup voir Apocalypse débarquer (le King’s Game, pas le mutant datant des pharaons) et nous présenter un jeu à l’échelle nationale. Mais encore une fois, tout en corrigeant les fautes de présence de civil, il y aura un problème de trop nombreux personnages limités à un seul caractère.

Bref, il s’agit de la meilleure partie de King’s Game mais ça n’en fait pas de l’or. D’ailleurs, je vais lui mettre la même note que pour Extreme qui m’avait bien surpris par rapport à ma découverte. Et s’agissant à mes yeux d’un nanar au format manga, il me tarde de partager cette expérience avec mon petit frère pour qu’on puisse rire ensemble de ces situations rocambolesques qui sortent de nulle part et de ce gore à outrance.

Note : 3 sur 5.

Merci beaucoup de m’avoir lu. N’hésitez pas à me partager votre avis sur ce titre et sur cet article. On se retrouve dans 2 jours pour conclure en beauté ce mois de mai, et il y en a des choses à dire avant d’attaquer le mois de juin déjà. D’ailleurs, il n’est pas impossible que le roi revienne un jour dans cette émission puisqu’il me reste King’s game spiral à vous faire découvrir. Mais pour ce faire, il faudrait déjà que je le découvre moi. Ce n’est pas impossiblemais vraiment pas d’actualité vu que je ne suis pas intrigué. Par contre, j’aurais adoré découvrir Apocalypse mais cette saison n’existe pas en mangas. Je vous donne rendez-vous le mois prochain pour un nouvel article de cette émission et découvrir à nouveau ce qu’il y a DANS MA MANGATHÈQUE. À la prochaine, Komorebi out !

⭐⭐⭐⭐⭐Assassination Classroom
Naruto
Rudolf Turkey
Dragon Ball
Bakuman
Bestiarius
⭐⭐⭐⭐Death note
Prophecy
Black Torch
Area D
Fairy Tail
Kid I Luck
Hideout
⭐⭐⭐King’s game extreme
Jackals
School Judgement
King’s game origin
Judge
Deadman Wonderland
Le protectorat de l’ombrelle
Un monde formidable
⭐⭐King’s Game
Doubt

Écrit le 10 avril.