Bonjour à tous et bienvenue sur le blog de Komorebi. Aujourd’hui, double Komoritique mangas puisque pendant le confinement, Kazé a offert les trois premiers tomes de nombreux de leurs titres gratuitement sur les plateformes de lecture en ligne. Aimant quelque peu découvrir des œuvres, j’ai absolument tout pris. N’ayant pas le courage de faire des milliards d’articles sur ces mangas dont je ne lirais clairement pas la suite de sitôt, j’ai décidé de créer des sortes de matchs où je confronte deux œuvres dans l’optique de choisir celles qui auront le plus de chance d’être lues plus tard. Je vais donc vous présenter deux comédies romantiques car même en quittant les Shojo, on ne quitte pas l’amour, puis je vous expliquerai laquelle je préfère et pourquoi. C’est parti !


  • Dans le coin gauche se situe une comédie basée sur les mensonges, sur l’amour et sur les yakuza. Et pourtant, malgré tous ces éléments, il n’y a pas qu’une histoire d’amour. Il s’agit bien évidemment Nisekoi sous-titre Liebe Lügen & Yakuza comme le dit la couverture du tomes 3 que j’ai trouvé (vive l’allemand).

Lorsqu’il était enfant, Raku Ichijô a promis à celle qu’il aimait alors de conserver précieusement un cadenas dont elle seule possède la clef jusqu’à ce qu’ils se retrouvent tous deux, une fois adultes, pour se marier.

Dix années se sont écoulées, Raku, bien que fils d’un chef de clan yakuza, tente d’être un lycéen comme les autres. Son quotidien est bouleversé par sa rencontre avec Chitoge Kirisaki, une nouvelle élève très querelleuse, qui va rapidement devenir sa pire ennemie. La situation tourne au cauchemar quand Raku apprend qu’il s’agit en réalité de la fille d’une famille de gangsters et qu’il va devoir simuler de sortir avec elle… pour éviter une guerre des gangs ! Leurs familles vont-elles s’apercevoir qu’ils ne font que jouer la comédie ? Mais surtout, retrouvera-t-il son amour d’enfance ?

Résumé
  • Dans le coin droit nous avons une œuvre datant du même moment et basée sur le même principe que The Quintessential Quintuplets (dont vous pouvez retrouver les Komoritiques ici). Il est donc temps pour un garçon plutôt doué de devoir aider un groupe de fille à réussir en utilisant leurs centres d’intérêts et les relations sociales. Voici donc We Never Learn.

Nariyuki est un élève de terminale, aussi brillant que pauvre, qui rêve d’obtenir une bourse pour poursuivre ses études dans l’université de son choix. La chance lui sourit lorsque le proviseur propose de la lui accorder… mais à une condition ! Devenir le tuteur des deux génies du lycée, Rizu et Fumino. La tâche aurait dû être des plus faciles, mais les belles demoiselles lui réservent une surprise de taille !

Résumé

L’heure du match

Maintenant que les présentations sont faites, il est l’heure de choisir lequel je préfère parmis les deux sur les trois tomes que j’ai pu lire de chaque côté. Je vous avouerai qu’au moment où j’écris ces lignes je suis très incertain puisque je trouve que les œuvres sont assez proches narrativement et vraiment proche qualitativement. Il va donc falloir que j’aille feuilleter virtuellement tout ceci histoire de me rafraîchir les idées, vous ne bougez pas ! Voilà, j’espère que je n’ai pas été trop long. Bref, mon préféré des deux est celui que j’ai lu en premier puisque j’ai préféré lire The Quintessential Quintuplets à We Never Learn. Et de toutes façons, préférant apporter un peu plus de diversité, mon choix était vite fait. Trêve de suspens, il va être temps de vous nommer l’oeuvre que j’ai préféré. Le vainqueur est donc :

Nisekoi

Mais pourquoi ce choix ?

Vendredi 24 avril, j’ai lu les trois premiers tomes de Nisekoi et je ne m’attendais pas du tout à ça puisque je n’avais pas lu le résumé. Je m’attendais plutôt à un fonctionnement semblable à The Quintessential Quintuplets comme We Never Learn. J’ai donc été surpris par les formes avec des quiproquos ou des situations absurdes qui m’ont particulièrement parlé. J’aime l’absurde ! J’ai trouvé intéressant le parallèle entre l’amour à imiter pour satisfaire les gangs et le véritable amour datant d’une ancienne promesse. Dès le premier tome, les personnages m’amusent bien et je suis intrigué pour la suite. Suite qui a continué de me toucher par ses personnages réussis. J’étais surtout particulièrement intéressé par l’ensemble de situations bien complexes que nous pouvons suivre qui renforçaient certains secrets et en dévoilaient d’autres. Et surtout, on a découvert un possible retournement de situation quant à la promesse, quelle bonne idée ! Et avant de conclure ma lecture, j’ai pu apprécier un Raku qui abandonne son véritable amour pour pouvoir sauver Chitoge de sa détresse, magnifique comme idée. Bref, en un mot comme en mille, j’ai particulièrement apprécié cette lecture.

Samedi 25 avril, les trois premiers tomes n’ont sans doute pas eu de chance pour deux raisons. Donc, ayant sans doute déjà trouvé mon gagnant, j’ai dû mettre un peu moins d’efforts dans ma lecture. Mais surtout, ayant déjà lu The Quintessential Quintuplets et en ayant déjà imaginé que ça serait semblable, j’ai fais encore moins d’efforts je pense. C’est débile de faire ça, mais l’oeuvre n’était pas avantagée du tout. Et pourtant, elle reste qualitative puisque malgré ces conditions néfastes, elle m’a fait passer un bon moment. Donc, j’ai particulièrement apprécié les efforts monstrueux qu’est prêt à faire Nariyuki pour combler les faiblesses des filles. C’est d’ailleurs toujours particulièrement drôle de voir que ses efforts l’aide dans son propre point faible, les interactions sociales. Et pourtant, même en appréciant les différentes situations et l’évolution des personnages, je ne me suis pas senti impliqué dans leurs objectifs et donc dans les personnages eux-mêmes. Malgré le côté un peu cliché des situations ambiguës, je les trouve très agréables. Et pendant que Nariyuki commence à prendre conscience du sentiment de chacune et qu’elles sont toutes prêtes a laisser leur place aux autres, je me vois m’éloigner de plus en plus de cette histoire. Voilà donc ce qui lui aura coûté la victoire.


Merci beaucoup de m’avoir lu. N’hésitez pas à me partager votre avis sur cet article et sur ces œuvres. Manifestez vous pour défendre votre préférée. N’hésitez pas à aller voir l’article d’hier qui est le 200ème du blog. En tout cas, je vous donne rendez-vous dans deux jours pour commencer les émissions mensuelles avec un nouveau UNDERCOVER, le cinquième déjà. Et nous chercherons un nouveau secret sur les couvertures de One Piece et je me suis beaucoup amusé à l’écrire encore une fois. Merci beaucoup, c’était Komorebi !