Bonjour à tous et bienvenue sur le blog de Komorebi. Aujourd’hui, voilà le troisième épisode de cette émission qui avait bien plu et qui m’avait bien permis de discuter. En même temps, que ce soit un Mon Problème Avec sérieux ou remplit à ras bord de mauvaise foi, ce concept a au moins pour mérite d’ouvrir le débat. Après avoir parlé du personnage de Saitama et son rôle au sein de One-punch Man, nous allons nous pencher sur mon plus gros grief envers la série Game Of Thrones, bien plus que la baisse bien visible de qualité scénaristique à partir de la saison 5. Laissez-moi donc vous expliquer quel est Mon Problème Avec les épisodes 9 de Game Of Thrones, c’est parti !


En plus d’avoir deux niveaux bien différents entre les deux moitiés de Game Of Thrones, il y a à chaque saison un épisode que j’aime bien moins que les autres. À chaque fois, il contient une bataille ou une mort marquante et devient le préféré de la saison pour une partie non négligeable du public. Mais, pour moi, les épisodes 9 sont toujours le moment le plus compliqué quand je regarde une saison. Mais pourquoi ?

Problème de bataille

Les saisons 2, 4 et 6 font apparaître des énormes affrontements dans leur episode neuf. Entre la Néra, le mur et les bâtards, nous voilà bien servi avec trois grosses batailles meurtrières. Enfin pas tant que ça puisque si on compte le nombre de victimes avec un vrai rôle ou au moins un nom, je pourrais n’utiliser que mes mains. Il y a tellement d’aspects différents dans Game Of Thrones que chacun peut y trouver son compte. Pour beaucoup les longues discussions sont bien mais les batailles sont terribles pour eux. Alors que pour moi, les moments calmes de discussion sont hypnotisants et sont la source de mon amour inconditionnel pour l’oeuvre, tandis que je redoute le moment des batailles. En effet, pour moi, batailles rime avec disparition des caractères et développements des perosnnages dans un long moment de fausse tension puisque un nombre très limité de victime est à mentionner. C’est pourquoi, ma bataille préférée de la série reste et restera celle de la Nera puisque Tyrion, Joffrey et Sandor montrent leurs caractères et sont différents avant et après cette bataille. J’adore cette échelle humaine.

Je ne comptais parler que des batailles en général puisque c’est ce que je trouve le moins intéressant dans la série mais il y a d’autres éléments qui me dérangent dans ces épisodes neufs.

Problème de morts

Intéressons nous maintenant aux saisons 1 et 3 qui présentent respectivement la première véritable mort de l’oeuvre et un sacré coup dans le dos. Et pourtant, même là, je n’y arrive pas. Bon, comme c’est encore plus personnel que tout a l’heure, ça va être compliqué à justifier mais bon.

Pour la saison 1, le seul personnage développé et celui dont on imaginait son importance se vit raccourcir quelques peu. Et pourtant, autant j’avais commencé à accrocher à l’univers et aux quelques personnages ayant subit des rebondissements, autant ce personnage m’ai passé par dessus la tête.

Et pour la saison 3, je n’ai jamais accroché au personnage subissant la trahison. Il a choisi son plaisir avant la politique alors qu’il était roi, c’est une bonne chose. Mais pas dans Game Of Thrones, il n’avait que peu de chance de survivre alors on s’est trop attarder dessus pour moi. Attendez, je crois que je viens de trouver ma conclusion, même s’il reste un paragraphe.

Problème de saison

Vous l’aurez remarquer, il manque la saison 5. Mais c’est normal puisque je n’ai rien à dire dessus, tellement cette saison m’est passé entièrement à côté. Au moins, je ne peux pas dire qu’il y a eu un pic à l’épisode 9.

Conclusion

Donc, quand je repense aux moments marquants de Game Of Thrones, je peux citer l’introduction de l’épisode 10 de la saison 6, le mariage et les procès en saison 4, l’histoire de Theon, le trajet de Brienne et de Jaime mais certainement pas les batailles ou les terribles morts des épisodes 9. Après, bien évidemment, vu la qualité de l’oeuvre et la quantité de choses qu’elle brasse, chacun peut y trouver son compte. C’est pourquoi, le fait de m’attarder pendant presque un épisode sur une seule action qui raconte moins m’intéresse bien peu par rapport aux épisodes normaux où plusieurs parcours sont montrés successivement et faisant tous avancer leurs intrigues respectives. Évidemment, sans l’idée des batailles et des épées de Damocles planant au dessus des têtes, les développements auraient bien moins de sens. Mais après tout, l’inverse est vrai aussi. C’est ainsi qu’on assoit une série sur le trône, en arrivant à ne proposer qu’un épisode un peu moins bon par saison, au moins sur quatre d’entre elles.


Merci beaucoup de m’avoir lu. J’espère que cette petite réflexion vous aura plu. N’hésitez pas à aimer, commenter, donner votre avis sur ou à proposer d’autres sujets si ça vous tente. Je vous donne rendez-vous dans deux jours pour le cinquième match entre deux œuvres du catalogue Kazé, encore avec des shojos. Merci beaucoup, c’était Komorebi !