Bonjour à tous et bienvenue sur le blog de Komorebi. Aujourd’hui, double Komoritiques mangas puisque pendant le confinement, Kazé a offert les trois premiers de nombreux de leurs titres gratuitement sur les plateformes de lecture en ligne. Aimant quelque peu découvrir des œuvres, j’ai absolument tout pris. N’ayant pas le courage de faire des milliards d’articles sur ces mangas dont je ne lirais clairement pas la suite de sitôt, j’ai décidé de créer des sortes de match où je confronte deux œuvres dans l’optique de choisir celles qui auront le plus de chance d’être lues plus tard. Je vais donc vous présenter les deux candidats du jour, basés sur les histoires d’amour et les pouvoirs mystiques, puis je vous expliquerai lequel je préfère et pourquoi. C’est parti !


  • Dans le coin gauche se situe une œuvre se passant au tout petit matin et mêlant amour, politique et pouvoir de visions. Vous l’aurez compris, il s’agit de l’Arcane de l’Aube.

Nakaba, princesse de sang royal, est envoyée en pays ennemi accompagnée de son unique serviteur, Loki, afin d’épouser leur prince et ainsi garantir la paix entre les deux royaumes. Rencontrant son mari pour la première fois le jour de son mariage, la jeune fille, malgré sa grande beauté, est tout de suite rejetée par son époux du fait de sa chevelure rousse, apanage des gens du peuple, alors que les rois se targuent d’une crinière d’ébène. Dans cet environnement hostile où les intrigues de cour peuvent être fatales, l’étrange pouvoir qui sommeille en Nakaba émerge doucement…

Résumé
  • Dans le coin droit, nous avons une œuvre de qualité mêlant amour et parasyte. Accueillez chaleureusement Queen’s Quality !

Fumi, une jeune orpheline est accueillie par la famille Horikita qui a pour mission de « nettoyer les âmes » des gens en purifiant leur coeur. Dotée de certaines aptitudes dans ce domaine, Fumi, devient l’apprentie de Kyûtarô qui est aussi son camarade de classe. Puis, un jour, elle découvre que s’éveille en elle le pouvoir de la « reine » ! Les personnes possédant ce don peuvent contrôler les esprits et faire ainsi basculer le monde vers le bien ou le mal… Même si elle ignore tout de l’amour que lui porte Kyûtarô, Fumi peut compter sur lui pour la protéger de ses ennemis… et surtout d’elle-même

Résumé

L’heure du match

Maintenant que les présentations sont faites, il est l’heure de choisir lequel je préfère parmis les deux sur les trois tomes que j’ai pu lire de chaque côté. D’ailleurs, il faut noter que ces œuvres étaient respectivement mon premier et mon deuxième Shojo. Ça ne change pas grand chose puisque c’est juste une catégorie mais quand même, c’est notable. Bref, mon préféré des deux est celui que j’ai lu en premier puisqu’il m’a bien plus impliqué dans ses personnages au départ et donc pour leurs aventures ensuite. Et de toutes façons, préférant la politique au nettoyage spirituel, le vainqueur est évident. Trêve de suspens, il va être temps de vous nommer l’oeuvre que j’ai préféré. Le vainqueur est donc :

L’arcane de l’Aube.

Mais pourquoi ce choix ?

Jeudi 16 avril, j’ai donc découvert les trois premiers tomes de l’Arcane de l’Aube et c’était une découverte plutôt remarquable. En effet, importer un univers plein de politiques et un pouvoir de vision pour une histoire d’amour plutôt basique, était un superbe moyen d’étoffer le tout. Nous pouvons don voir des mariages politiques, des idées sur l’acceptation de la differnece dû aux origines ou aux couleurs de cheveux et un triangle amoureux (l’inévitable !). Les visions apporte un jeu particulièrement sur les actions à faire ou non pour les créer ou les éviter. L’idée de la vengeance voulue par Nakaba alors quelle tombe amoureus de son époux apporte une belle nuance. Au final, grâce à la bonne volonté impressionnante de Nakaba, les trois personnages semblent partir vers le bonheur. Cependant, la politique, qui est toujours passionnante dans les œuvres de fiction fait son apparition et risque de mettre des bâtons par-ci par-là. C’était donc plutôt agréable car ça changeait mes habitudes même si ce n’était pas une grande claque.

Vendredi 17 avril, j’ai découvert les trois premiers tomes de Queen’s Quality et je n’ai absolument rien compris. À cause de cette incompréhension, je n’ai pas réussi à m’attacher aux personnages et à m’impliquer, me perdant encore plus. J’ai donc eu beaucoup de mal à en voir le bout. Pour moi, il n’y a absolument pas photo quant à mon préféré des deux mais Queen’s Quality est la suite d’une autre œuvre donc c’est normal que je suis moins attaché et tenu par la main. En même temps, je trouve très superficiel le traitement des parasites personnalisant des déviances humaines puisqu’elle n’ont pas de telles existences. Ce manque de développement est ce que je retiendrai principalement. L’univers a du potentiel avec les différents personnalités pleine de pouvoir de Fumi et leurs conséquences mais ne m’atteignent que peu comme je n’arrive pas à m’intéresser aux personnages. Le mélange est mal dosé, le côté fantastique écrase l’histoire d’amour. Mais difficile de suivre avec des perosnnages aux sentiments que je ne suis pas. Ce n’est pas mauvais, car rien nest mauvais mais je suis très clairement passé à côté.


Merci beaucoup de m’avoir lu. N’hésitez pas à me partager votre avis sur cet article et sur ces œuvres. Manifestez vous pour défendre votre préféré. N’hésitez pas à aller jeter un œil aux offres des éditeurs pendant ces temps si étrange qui semblent en partie sur le point de se terminer. En tout cas, je vous donne rendez-vous pour le deuxième opus d’un concept tout récent, Mon Problème Avec. Au programme, One-punch man par le personnage de Saitama. Merci beaucoup, c’était Komorebi !