Bonjour à tous et bienvenue pour un nouvel article où je relis enfin un nouveau Urasawa et où je découvre Asano, deux fameux mangakas. D’un côté un nouvelle série dans la lignée de ce qu’il sait faire il me semble et de l’autre, un premier one shot contenant tous les éléments qu’il aime toujours autant traiter. Je trouve donc ça plutôt pertinent de voit les deux en même temps. C’est parti !

J’en profite pour vous partager les avis de Hubris & Libris, Litt’150.000, Librairie Flagey, La reco du biblio, Last Eve et l’Apprenti Otaku sur le tome 1 de Asadora. Je vous mets la dose ici pour servir un peu mieux le plaisir que j’ai ressenti en lisant ses œuvres vu que mes critiques sont à nouveau assez succinctes, la faute au temps écoulé depuis ma lecture.


Asadora tome 1
31/01/2020
Naomi Urasawa
Kana

La ville de Tokyo, à la veille des Jeux Olympiques de 2020, est dévastée par un monstre cornu.

Retour en arrière, direction Nagoya 1959, veille d’un terrible typhon, Asa, 12 ans, court chercher un médecin pour l’amener auprès de sa mère sur le point d’accoucher.

Une héroïne qui ne cesse de courir, un vieil homme hanté par son passé, un événement historique marquant, des personnages secondaires haut en couleurs, des sauts dans le temps… Aucun doute n’est permis : dans Asadora!Naoki Urasawa renoue avec tous les ingrédients à l’origine de son succès mondial.

Synopsis

Mon avis : Comment je peux être autant pris dans chaque tome 1 que je lis ? Sûrement parce que j’adore la mise en place des personnages et des thèmes qui seront essentiels pour la suite de l’œuvre. Et c’est encore une fois bien le cas puisque Urasawa a clairement l’habitude d’introduire de nombreux éléments mystérieux.

Nous voilà par exemple avec quelques personnages plus que secondaires dont l’utilité reste encore totalement à prouver mais dont le destin m’intrigue clairement. Je pense ici surtout au petit coureur portant les espoirs de toute sa famille sur ses frêles épaules. Mais je ne me fais pas de bile, celui ci aura sûrement son utilité puisque les jeux olympiques de 2020 au Japon sont au centre du flash forward d’introduction de l’oeuvre.

Nous allons dorénavant pouvoir nous pencher sur les deux personnages principaux de ce premier tome. Chacun est intéressant à suivre à sa manière puisque Asa ne se pose pas une seconde et possède une énergie et une bonne humeur exacerbée pour que les autres personnages puissent puiser dans ses réserves. Le « vieux » n’est pas en reste car il est foncièrement humain puisqu’il ne peut s’empêcher de revenir sur les choix qu’il a pu faire au cours de sa vie. Et pourtant, les voilà en parfaite symbiose, chacun pouvant combler ses failles par les forces du second. Ainsi, les voilà partis à eux deux à l’aide du plus grand nombre suite à une catastrophe ayant réellement eu lieu. D’ailleurs je trouve ça particulièrement bien trouvé de faire s’allier une fille qui na jamais eu sa place et un homme qui l’a perdue. Je ne leur souhaite que de réussir à les trouver.

En somme, il s’agit d’une ouverture particulièrement efficace à mes yeux. Me voilà parfaitement intrigué par le destin de ce duo qui démarre si bien, par celui de la galerie de personnages secondaires, par le côté Fantastique qui va commencer à pointer le bout de sa patte, et par le fait d’avoir déjà un petit jeu sur le temps puisque deux époques quelque peu éloignées nous ont déjà été présentées.

⭐⭐⭐⭐⭐


Un monde formidable Intégrale
31/01/2020
Inio Asano
Kana

Dans la vie de tous les jours, dans la vie de tous les gens, il y a des hauts, il y a des bas. Parfois, on a envie de baisser les bras, de se laisser aller, et parfois, le hasard, le destin se charge de nous rappeler que le monde est formidable. On n’aime jamais autant la vie que lorsque la mort nous frôle…

Synopsis

Mon avis : Autant, avec une histoire bien construite je savais où j’allais dans la construction de ma review même si elle n’était pas particulièrement étoffée, autant j’ai un peu peur pour cette œuvre qui nous présente une multitude de petites histoires qui peuvent se croiser, la vie quoi.

En effet, nous suivons là la vie dans tous ses états servie par une palette bien variée de personnages. Nous avons donc en vrac, ceux qui subissent jusqu’à être écrasés, ceux qui subissent et à qui ça plaît, ceux qui avance dans la direction qu’ils décident que ce soit en bien ou en mal. Je trouve ça particulièrement intrigant d’avoir une foultitude de mini portrait aussi sincère, poignant et paraissant réaliste.

La lecture n’est pas non plus spécialement captivante car il n’y a quasiment aucun autre objectif que de seulement présenter ce que peut représenter la vie au travers d’une bonne quantité de paires d’yeux. Et pourtant, ces petites histoires étaient ensorcelante par la réflexion qu’elles ont réussi à me créer et par le potentiel fou qui peut se dégager de la plume d’Asano.

En somme, il s’agit là d’un tome ne m’ayant fait vibrer que de manière étrange mais promettant grandement quant au talent d’Inio Asano dont il me tarde de retrouver la patte si significative. D’autant plus en voyant ses petites analyses entre ses différents portraits où il est souvent bien critique et promet donc encore et toujours pour les prochaines découvertes.

⭐⭐⭐⭐


Merci beaucoup de m’avoir lu. N’hésitez pas à me partager vos avis sur ces titres et sur cet article. Vous pourrez retrouver le prochain tome d’Asadora le 7 mai. Et je vous donne rendez-vous dans deux jours pour parler du deuxième tome d’Heart Gear. À la prochaine !