Bonjour à tous, me voilà à peine 18 heures avant la sortie de cet article centré sur le septième opus d’Edens Zero. Depuis le départ, je n’attends que de voir cette histoire décoller, tenter des œuvres, me faire vivre des émotions comme a pu le faire Fairy Tail en son temps même si cette œuvre n’était elle-même pas dénuée de défaut. Mais bon, comme nous voilà au premier arc mettant tout le monde daccord et étant bien plus sombre et sérieux que tour ce qu’a pu faire Mashima, ce sera forcément bien… Non ?

Tome Précédent


Edens Zero tome 7
29/01/2020
Hiro Mashima
Pika Edition

Xiaomei, la liseuse du  temps, a révélé à Shiki et ses amis que Valkyrie se trouvait sur Sun  Jewel, la planète des joyaux,  contrôlée par la  Dame écarlate et réputée comme l’un des lieux les plus paisibles de tout le  cosmos. Pourtant, Shiki et  Homura  sont rapidement arrêtés et envoyés dans la zone de travaux forcés  où ils découvrent l’enfer que vivent  une partie des  habitants de Sun  Jewel. 

La  Dame écarlate qui montre un intérêt inquiétant pour l’Edens  Zero, Rebecca qui fait équipe avec  Laviria, et un homme qui se présente comme un disciple de Valkyrie : autant de situations étonnantes qui se présentent aux yeux de nos amis… 

Alors que règne la confusion des sentiments, la vérité sur Valkyrie est sur le point d’éclater !

Synopsis

Mon avis : Bon après une suite de déceptions, j’ai revu mes attentes pour cette œuvre à la baisse, et avec un arc aussi acclamé, l’effet ne pouvait être qu’amplifier. Et pourtant, ce fût loin d’être le cas. Car, avec ses presque 200 pages, ce tome ne m’a vraiment rien fait ressentir du tout.

Ah non, maintenant que j’y repense, il y a un moment où j’ai ressenti quelque chose. J’ai foncièrement détesté le passage avec Laviria au fond de moi. Il était évident qu’elle n’a pas de bonnes intentions, donc créer une sorte de suspens sur le fait qu’elle aide ou non Rebecca ne me touche pas le moins du monde. De plus, la voir ridiculiser notre héroïne et toutes ces personnes se moquer d’elle me révolte absolument. Même pas contre les personnages en eux-mêmes qui ne me font ni chaud ni froid mais juste contre le fait de se moquer inutilement de quelqu’un ou de quelque chose. C’est pourquoi cette chronique essaye d’être tourné sous le signe de la bienveillance même quand je suis à proximité du Zero absolu à ma lecture.

Je veux bien traiter les points qui me déplaisent avec bienveillance, il y en a un sur lequel je vais revenir avec sans doute un peu plus de véhémence. Je trouve surtout ça dommage de créer un univers avec au moins 100 milliards de planètes possibles pouvant servir des environnements et des thèmes variés tout ça pour servir une soupe réchauffée. Comme si, une classique séparation physique entre les personnes du côté du pouvoir et ceux qui ne le sont pas ne pouvait pas être possible sans partir dans une galaxie lointaine, très lointaine.

De toute façon, avant le problème des idées peu originales dans un univers qui pourrait servir tellement plus, il y a celui des personnages. Je n’arrive à croire dans aucun des membres de l’équipage de l’Edens Zero puisqu’ils ne traversent finalement aucune réelle épreuve. Même lorsqu’ils essayent de faire passer des émotions (Homura dans son flashback ou sa détresse finale, Shiki en colère) je n’arrive pas à y croire puisque ce n’est justifié que par bien peu de choses. Et ce n’est pas les antagonistes qui vont m’aider pour l’instant puisque ce n’est ni les objectifs, ni des nuances dans le caractère qui les étouffent. Je pourrais alors me rabattre sur les mystères et les émotions des peuples qui sont concernés de près ou de loin par les aventures de nos héros, mais comme il n’y en a pas ce n’est pas évident.

Au final, je me retrouve juste avec une succession d’actions où aucun personnage ne m’intéresse et où il est donc impossible de m’impliquer profondément dans ce qu’il se passe.

Comme nous nous rapprochons de la fin de la première partie, je ne me vois pas abandonner pour l’instant, ce qui est bien loin d’être dans mes caractéristiques d’ailleurs. De plus, lorsqu’une personne a vu mon avis succinct sur ce tome 7, elle m’a dit que franchement le prochain arc était exceptionnel. Mais bon, je ne vais pas non plus attendre indéfiniment de trouver celui qui me touchera en plein cœur, et ai décidé à contrecœur de lâcher la série après son tome 10 pour laisser la place à des œuvres qui mimpliqueront plus. Il ne reste donc plus que trois chances pour cette œuvre de se rapprocher de L’Eden et de s’éloigner du Zero.

Note : 2 sur 5.

Merci beaucoup de m’avoir lu. N’hésitez pas à me partager votre avis sur ce titre et sur cet article. On se retrouve dans deux jours pour une nouvelle séance cinéma sur un film français que j’ai trouvé excellent. Et surtout, nous pourrons retrouver, sans une certaine joie, le tome 8 d’Edens Zero le 25 mars dans nos librairies.