Bonjour à tous et bienvenue sur l’étape médiane de ce bilan de l’année qui vient juste de se conclure. Il y a deux jours, nous faisions une rétrospective du blog tout en faisant des plans sur la comète pour 2020. Dans deux jours, il y aura un article que je vais adorer écrire puisque je vais parler d’oeuvres m’ayant marquées en bien au cours de l’année dans différents domaines. Et aujourd’hui, article compliqué, car comme vous l’aurez vu au titre, je vais parler d’oeuvres m’ayant marquées en mal au cours de l’année, ce qui n’est pas l’exercice le plus plaisant. C’est parti !

Avant de se lancer, je préviens que le but n’est pas de cracher mon venin inutilement sur les films, séries, jeux vidéos et mangas qui m’ont déçu mais juste d’essayer de comprendre pourquoi je suis passé à côté. C’est d’ailleurs peut-être à vous de m’expliquer ce que j’aurais raté. De plus, une œuvre mal classée n’est pas nécessairement si mauvaise que ça à mes yeux mais elle aura juste été devancé par un grand nombre. Bon, j’arrête cette introduction ici, puisque cet article est déjà le plus long du blog, Bonne lecture !


Cinéma

Déjà, le premier élément à prendre à compte, c’est que je suis allé 21 fois au cinéma au cours de l’année (soit une hausse de 31,25% par rapport à 2018 avec mes 16 séances). Je vais donc vous présenter très rapidement les films que je classerais de la 16ème à la 11ème place sans en parler (juste avec le lien vers la critique pour ceux qui en ont une). Puis nous nous attarderons sur ceux de la 17ème à la 21ème place pour s’enfoncer de plus en plus dans les moments les moins agréables que j’ai passé dans ces salles obscures cette année.

Places 16 à 11

  • 16ème : Dumbo
  • 15ème : Les enfants de la mer
  • 14ème : My Hero Academia : Two Heroes
  • 13ème : Aquaman
  • 12ème : Les animaux fantastiques 2

Places 17 à 21

Et on commence par un film que j’avais noté 4 étoiles sur 5 après l’avant-première alors que je n’avais pas pris un pied plus grand que ça lors de mon visionnage. Mais le temps a fini par m’aider à fixer mon avis sur ce film qui fait bien partie des séances que j’ai trouvé les moins intéressantes cette année. En temps normal, j’adore l’ambiance de One Piece et son côté plutôt festif constamment qui permet de passer outre les dures épreuves de l’aventure. Cependant, ici, l’acte final contre Bullet est sacrément long alors qu’il n’est absolument pas développé. Certes, étant un film anniversaire, le but était juste de rassembler de nombreux personnages sans créer quelque chose d’exceptionnel. Ainsi, ça n’en fait pas une séance particulièrement passionnante à suivre face à toute cette belle concurrence.

Je fais partie de ceux qui ont apprécié Homecoming pour le côté feel good et le côté insignifiant et pourtant tellement humain de l’histoire. La volonté d’inscrire ce second opus dans quelque chose de plus grand (une transition vers la phase 4) sans mettre en place grand chose à mes yeux, aura eu raison de mon plaisir dans ce visionnage. Le gros point que j’ai aimé était surtout le développement de Mysterio ainsi que sa relation avec Peter. Cependant, si je veux le revoir, le film ne marchera plus vraiment puisque la construction lente ne servira pas le revisionnage. En perdant ainsi l’unique intérêt que je lui trouvais réellement, ce film ne peut décemment pas être placé plus haut.

Déjà que j’avais apprécié le premier opus mais sans plus puisqu’il s’agissait du film de princesse que j’aimais le moins depuis 2009, l’idée d’une suite ne m’emballait pas vraiment. Et ma réticence était bien fondée vu le peu de chose que je retire de cette œuvre. La séance était bien longue pour ne retenir qu’une ode à l’aventure sympathique mais timide et boitant un peu, ainsi qu’une chanson de Kristoff en l’honneur des morceaux des années 80-90. Les mystères auquel cet opus est censé répondre sont bien minces et sont créés superficiellement juste avant. De plus, nous avons encore le droit à une Elsa recherchant sa place et son identité, ce que est déjà le propos du 1. Je suis sans doute passé à coté de quelque chose mais je ne suis vraiment pas convaincu de cette séance.

  • 20ème : Dragon Ball Super Broly

Yes, on a qu’à prendre tous les points négatifs de One Piece Stampede en retirant les quelques points que j’ai bien apprécié. Je retiendrai uniquement la légère évolution de Broly qui finit malheureusement par s’effacer derrière un monstre transparent qui ne sert qu’à offrir un long affrontement, ce qui n’est clairement pas ma passion quand je ne suis pas pris par ce que ça raconte. Et à côté, on aurait pu avoir un peu de mythologie de saiyen, ce qui aurait dû être passionnant mais ce qui n’a pas la place nécessaire ici. Un long moment de solitude face à ces affrontements fades.

  • 21ème : Ralph 2.0

Ah les mondes de Ralph, quel film merveilleux qui me montre discrètement une période et une ambiance que j’apprécie fortement bien que je ne les ai jamais connu en personne. Et ce, tout en présentant une histoire d’amitié parfaitement maîtrisée et touchante. Ici, l’idée d’une suite était particulièrement alléchante vu la quantité d’histoires qui peuvent être écrites avec cette base. Quelle déception ! De nouveau, la même histoire d’amitié, avec les mêmes développements, mais dans un univers tellement rempli qu’il en est fade au possible. Le final où Ralph s’affronte lui-même est une idée visuelle intéressante pour montrer ce qui a déjà été dis dans le 1. Je ne comprends vraiment pas l’intérêt de ce film qui m’aura bien ennuyé.

On pourra d’ailleurs noter que ce flop 5 contient 3 films Disney, 4 films d’animation et 2 films tirés de manga. Est-ce que cela signifie un ras le bol de ces trois formes ? Ou les retrouvera t’on dans deux jours pour les tops ?


Film découverts à la maison

J’ai découvert 29 films de chez moi cette année. Certains étaient étonnamment mieux que d’autres (quelle surprise me direz vous). On va donc commencer par les places 13 à 22 sans développer puis on remontera de la place 23 à la 29.

Places 13 à 22

  • 13 à 18ème : La cité de la peur, Slumdog Millionnaire, Imitation Game, The Lone Ranger, Les Étoiles Vagabondes, Asterix et le secret de la potion magique.
  • 19 à 22 : Le retour du héros, Matrix révolutions, Kill bill vol 2, rrrrrrr!!!

Places 23 à 29

  • 23ème : Nicky Larson et le parfum de Cupidon

Pas spécialement mauvais puisqu’on sent clairement transparaître tout l’amour que porte cette équipe à l’univers des mangas, du moins à celui de City Hunter. C’était certes un bon moment mais enchaîner des blagues, quelque soit leur niveau ne suffit pas à ce que ce film soit bien classé malgré sa fulgurance dans son final. Voilà, si mon flop 7 commence par un film où je n’ai presque rien à dire (que ce soit en bien ou en mal), c’est que j’ai bien choisi mes films.

  • 24ème : Sleepy Hollow

Ah, c’est bien de couvrir plusieurs thèmes et d’avoir plusieurs ambiances dans certains film mais là je n’y ai pas compris grand chose. Les genres ne sont pas mélangés mais semblent calés ensemble au tractopelle, je n’ai pas passé un moment particulièrement mauvais mais je n’y reviendrai pas. À croire que ce film m’aura fait perdre la tête 🤡.

  • 25ème : Matrix Reloaded

Même en cherchant, je crois que je n’ai rien à dire sur ce film suite à la maestria du premier et la conclusion honnête du dernier puisque je ne me souviens absolument pas de la moindre chose qu’il contient. Pour m’avoir marqué aussi peu, le film n’était clairement pas à mon goût.

  • 26ème : Destination Finale 5

Voilà mon premier test de cette saga et sûrement mon dernier. Voir un tel enchaînement de morts toutes plus stupidement gores les unes que les autres avec un très mince fil rouge absolument insignifiant n’en fait pas un film intéressant. Ça peut-être un bon nanar à regarder entre copains mais c’est tout.

  • 27ème : Battle royale

Ah j’adore tellement l’idée de cette règle politique visant à réduire les effectifs que la voir servir uniquement de prétexte à ces duels que j’ai trouvé sans saveurs m’a clairement déçu. Et ces duels étaient fades puisque je n’ai pas réussi à m’accrocher au moindre personnage. Peut-être qu’un jour, j’irai jeter un œil du côté du manga, histoire d’essayer d’augmenter un peu le score de cet univers à mes yeux car pour l’instant ce n’est pas très glorieux.

  • 28ème : Pokemon, le film je te choisis !

Yes, vraiment cool cet épisode de la série classique Pokemon d’1h30. Aucun intérêt, aucune émotion. Un adversaire méchant mais genre vraiment méchant ouhlala sauf que toujours pas de développement, ce qui est quand même un élément essentiel à mes yeux. Moi qui aime bien les odes à l’aventure, j’ai été bien déçu par celle ci vu le nombre infiniment proche de zero de choses qu’elle tente.

  • 29ème place : Seven Deadly Sins, le prisonnier du ciel

À ce moment, Seven Deadly Sins était sans doute mon manga préféré, j’ai donc souhaité prolonger un peu le plaisir. Aïe, tu parles d’un plaisir. Certes, je retrouvai les interactions sympathiques de nos sept héros mais bien vite me voilà enfermé dans une intrigue avec des personnages semblables en tout point à Meliodas et Elisabeth et qui n’apportent donc rien alors qu’ils sont bien au centre de l’intrigue. Et ce n’est clairement pas les affrontements mous au possible qui vont rattraper tout ça.


Séries

Ayant clairement moins tenu le compte de ce que je découvrais niveau séries, je vais juste essayer de ressortir quelques œuvres ou saisons m’ayant bien peu intéressées.

  • Game of thrones saison 5

Il est important de noter que j’ai découvert tout Game of thrones cette année (en omettant tous les éléments de que j’avais appris au fil du temps). J’ai trouvé les saisons 1 à 4 particulièrement brillante par l’habile construction de l’univers et l’utilisation de ses personnages à la perfection. A noter que les épisodes 9 ont toujours étés ceux que j’appréciais le moins car ils étaient ceux des batailles ou ceux des gros coups de meurtres qui ne me touchaient pas vraiment. Alors quelle ne fût pas ma déception lorsque la série s’éloigna de la perfection avec cette cinquième saison qui commençait à mieux faire entrer les marcheurs blancs (ennemis non humains tellement pas intéressants à suivre) tout en racontant les pires arcs possibles pour les personnages. Heureusement, ce qu’il se passait avec Cersey qui est un de mes personnages préféré m’a passionné mais ça ne suffit pas à faire tenir cette saison boiteuse debout. Ah si, j’ai bien aimé la pièce de théâtre aussi. C’est bien léger pour 6h40 de contenu. En plus, alors que la saison six était excellente, il lui aura fallu quelque épisodes pour corriger les problèmes de la 5. En bref, la saison qui fait tache pour moi dans cette série même si les saisons 6, 7 et 8 n’arrivent quand même pas à atteindre la maestria des 4 premières.

J’avais bien aimé les parties 1 et 2, notamment grâce au personnage de Berlin qui n’est ici de retour que pour faire joli vu son inutilité sidérale. Les remplaçants ne sont encore que des pales copies puisque Tokyo et Ryo décident d’encore accaparer 60% de l’attention alors qu’ils sont les personnages les moins intéressants de l’équipe vu qu’ils ont déjà un développement complet. Les idées sociales que pourrait développer l’oeuvre sont bien minces par rapport au temps des rebondissements forcés. Ce que je veux pour la partie 4, c’est un vrai développement pour les 3 nouveaux et des idées intéressantes pour les deux filles qui ont changé de camp pour rejoindre celui ci, et surtout la fin. Oh oui, ça serait bien.

  • Stranger Things saison 1 et 2

Alors, ici, ce n’est clairement pas mauvais. Mais c’est juste qu’après tout le tapage qu’à fait cette série je ne m’attendais pas à une œuvre avec si peu de personnages attachants et n’offrant aucune émotion ainsi. Aucune morts touchantes, des évolutions de personnages limitées dans le groupe principal (hormis eleven, Nancy, Jonathan et Steve). Par contre, j’apprécie fortement la construction avec différents groupes qui ont chacun leur problèmes jusqu’à ce qu’ils créent un groupe avec tout le monde et résolvent tout tous ensemble. En somme, ce n’est pas mauvais, juste un peu fade par rapport à ce qu’on m’avait vendu et surtout par rapport à la saison 3 que j’ai adoré.


Jeux vidéos

Pareil, le suivi de ce thème est très incertain, je vais donc présenter quelques œuvres m’ayant relativement déçues.

  • Kingdom Hearts Re: Chain of memories

Depuis le début d’année, j’avais pour objectif de me (re)faire tous les Kingdom Hearts avant de découvrir le troisième opus. (Plus que Dream Drop Distance !). Chaque opus m’a présenté un univers différent que j’ai fortement apprécié. C’est aussi le cas de re:chain of memories, car le problème est ailleurs. En effet, car après trois parties différentes, impossible d’en voir le bout. La faute à un gameplay impossible à utiliser correctement contre des boss et particulièrement soporifique pour récupérer de l’expérience. Désolé pour vous, personnages du manoir Oblivion mais je ne vous connaîtrais jamais réellement.

  • Super Mario Maker 2

Je ne sais même pas si le jeu est bien ou pas puisque je n’arrive pas réellement à y jouer. Ayant déjà bien fait le tour du premier opus, je ne sais absolument pas quoi faire sur celui là, ce qui doit me faire un maximum de 7 heures de jeu. Ce qui est finalement très peu pour un tel bac à sable et ce qui est trop peu pour juger. Et pourtant, je n’ai pas particulièrement envie d’y retourner.

  • Fire Emblem : Three Houses

Depuis Awakening, je ne rate plus un seul opus de Fire Emblem pour pouvoir suivre une sympathique histoire aux côtés des unités qui finissent par devenir en quelque sorte une nouvelle famille provisoire. Cependant, ici, même si je m’amuse fortement dans le château de ma première run sur 3, le scénario semble partis pour ne jamais démarrer. Cependant, contrairement à Super Mario maker 2, il est prévu que je prenne le temps d’y retourner pour aller découvrir la pépite à côté de laquelle je suis pour l’instant passé.


Manga

Et voilà enfin la dernière catégorie du jour. Vous connaissez la chanson. Je vais juste parler de quelques déceptions que j’ai eu cette année.

Tomes parus en 2019 : 2 à 6
Tomes lus en 2019 : 2 à 6

Ah l’espace, cette contrée si immense concentrant tellement des rêves des Hommes. Et ce lieu fantastique est utilisé pour ça ?! Une histoire avec un rythme aussi étrange. Au bout de six tomes, c’est trop rapide car il n’y a pas eu le moindre développement de personnages mais pourtant trop lent puisqu’on est toujours dans des actions sans panaches et sans conséquences. L’Edens Zero est encore trop chargé pour décoller vraiment vu à quel point Mashima le prépare. Pourtant, un sacré potentiel latent lié à l’univers est toujours présent, donc je m’accroche jusqu’à la sortie de Cosmos Sakura et j’aviserai à ce moment là pour savoir si j’y resterai ou si j’irai à leur côté dans l’espace lointain.

Tomes parus en 2019 : 16 à 21
Tomes lus en 2019 : 16 à 21

6 tomes en un an, c’est bien. 6 tomes sur le même arc, ça dépend de la qualité. 6 tomes d’un arc où les affrontements n’ont aucune saveur puisqu’ils sont contre des elfes avec tous le même caractère, où tous les tomes sont très semblables, où je ne retiendrai que la partie avec la famille Silva, c’est insupportable. Heureusement d’ici deux tomes, on devrait enfin quitter cet arc insipide au possible (qui aura quand même pris un tiers de l’oeuvre jusque là 😅). Comment on peut construire un arc aussi long avec seulement 2 idées pour la trame ? Comme si de « beaux » combats pouvaient suffire !

Tomes parus en 2019 : VIII à XI
Tomes lus en 2019 : VIII à XI

On est clairement pas au niveau de désastre des deux précédents mais en comparant avec les premiers tomes de l’oeuvre, je trouve qu’on a perdu beaucoup de ce qui faisait de Soul Eater quelque chose d’unique. En effet, l’univers sombre laisse peu à peu place à un gloubiboulga d’adversaires à affronter. Heureusement le thème de la folie reste toujours traité de manière intéressante même s’il commence à être quelque peu redondant.

Tomes parus en 2019 : 0
Tomes lus en 2019 : 1 à 13

Nous voilà un peu dans le même cas qu’avec Soul Eater. Si jusqu’au tome 7, l’oeuvre, bien que n’étant pas révolutionnaire, maîtrisait les thèmes qu’elle abordait dans cette prison avec ces personnages contrôlant leur sang. L’oeuvre aurait dû se terminer à la sortie de prison vu le peu d’intérêt qu’il y avait à raconter le passé du personnage de Shiro et du vrai ancien directeur de Deadman Wonderland qui sont deux personnages insupportables par leur inutilité et par le forçage qu’il y a malgré tout autour d’eux.


Merci beaucoup d’avoir lu ce gros morceau qui m’aura pris pas mal de temps mine de rien. N’hésitez pas à me partager vos déceptions de l’année ou à me donner les raisons pour lesquelles vous avez bien aimé les œuvres que j’ai mentionné. On se retrouve dans deux jours pour conclure cette rétrospective de 2019 avec les oeuvres qui m’ont marquées en bien. À bientôt !