Bonjour à tous et bienvenue sur cette chronique qui sera bien chargée. En effet, nous allons parler de quatre tomes un différents vu que j’ai commencé ces quatre séries quasiment en même temps. C’est parti !


Deadman Wonderland tome 1
07/10/2010
Jinsei Kataoka / Kazuma Kondou
Kana

Synopsis : Accusé à tort d avoir tué tous les élèves de sa classe, Ganta est incarcéré à la prison Deadman Wonderland. Chaque jour les prisonniers participent à des
épreuves mortelles pour gagner quelques jours de vie supplémentaires.
Ganta doit survivre pour prouver son innocence !

Mon avis : Commençons avec le plus classique : Deadman Wonderland qui, avec son tome 1, semble présenter un shonen assez classique mais qui a quand même un bon potentiel et de sacrés mystères qui m’intéressent bien.

Déjà, le fait d’être accusé à tort et d’être placé en prison (qui est moins bien réussi que dans Prisonnier Riku) permet et promet de véritables duels psychologiques car les idées de Ganta iront forcément à l’opposé de celles de ses codétenus et de ses geôliers.

Ensuite, être accusé à tort ne signifie pas que le personnage est bon, pourtant Ganta, en bon héros de shonen, n’hésite pas à faire preuve de bonté au moindre instant.

Cependant, il est plutôt du genre à n’avoir d’autre objectifs que de protéger ses amis. Et je trouve ça dommage de laisser reposer les conclusions des mystères et des intrigues sur un tel personnage.

Ce tome, étant suivi par 12 autres, profite donc du temps qu’il a pour vraiment faire apparaître de nombreux petits éléments (que ce soit des prémices de développement pour certains personnages, les mystères à court ou long terme de la série, ainsi que les différentes factions qui la représentent).

Ensuite, il y a le personnage de Shiro qui semble vraiment très étrange et qui est amenée d’une façon horrible (amnésie) et dont j’espère aura une bonne explication à nous apporter.

Ensuite, l’horreur de cette société nous est présentée autour d’une course de la mort qui ne se préoccupe pas vraiment des conditions de vie humaines.

Et finalement, nous avons une allié sûre et certaine vu ce que Ganta a fait pour elle, un « ami » qui semble bien traitre et un directeur de prison absolument machiavélique et fier de l’être. Cependant, tout ce qui est lis en place niveau réflexion sur la société va peut-être disparaître avec l’apparition des attaques avec le sang que Ganta débloque.

Donc je tiens à remercier @itadakimasu qui m’a parlé de cette œuvre qui est vraiment pas mal avec ce premier tome.

Note : 🌟🌟🌟⭐⚫


All you need is kill tome 1
25/06/2014
Hiroshi Sakurazaka / Ryosuke Takeuchi / Yoshitoshi Abe / Takeshi Obata
Kazé

Synopsis : Keiji KIRIYA est une nouvelle recrue dans l’armée de la Défense des États qui se bat contre les « Mimics », de mystérieux envahisseurs qui assiègent la Terre. Keiji est tué lors de sa première bataille, mais par un phénomène inexplicable il se réveille à la veille de celle-ci, en pleine forme, comme s’il ne s’était rien passé. Il est maintenant embarqué dans une boucle temporelle où sa mort et sa résurrection se répètent maintes et maintes fois. Keiji devient un soldat surentrainé comme il passe à travers chaque boucle du temps dans une tentative désespérée de changer son destin.

Mon avis : On enchaîne avec une série plus courte (2 tomes) tirée d’un light nouvel. Ah que j’adore le trait de Obata qui offre une vraie puissance aux duels contre les mimics et aux expressions faciales mythiques du héros.

Avec seulement 2 tomes, cette série ne peut décemment pas juste installer des mystères dans ce premier tome. Et pourtant, c’est ce qu’elle fait en y arrivant à la perfection. En effet, avec le cliffanger, il paraît évident que nous débloqueront dès le prochain tome toutes les clés de lectures de cet univers si particulier.

Le personnage de Keiji, porté par le trait très expressif de Obata, est un humain tout ce qu’il y a de plus banal mais dont l’évolution forcée pour sa survie physique et sa compréhension mentale est juste fascinante.

Les différentes phases présentées face à ce monde rocambolesque qui lui apparaît d’un coup, semblent vraiment nécessaires et cohérentes. Ce qui fait du personnage de Keiji, une belle réussite bien touchante.

On regrettera également le manque de profondeur des personnages entourant notre bon soldat Keiji mais, encore une fois, ce n’est pas le rôle de ce premier tome. Celui ci ne fait que nous présenter les émotions que subit Keiji en découvrant les conséquences et les événements decoulants du moindre de ses choix durant cette journée fatidique. Ainsi, nous sommes de plus en plus happé par la découverte des changements, autant que Keiji devient de plus en plus sûr de lui par la force des choses.

Oh comme j’ai adoré ce tome qui propose un univers bien construit, un héros réussis par ses émotions et son évolution et une hype constante par son postulat très simple. De plus, le cliffanger fait vraiment penser à une réelle évolution de l’intrigue.

Note : 🌟🌟🌟🌟⭐


Le protectorat de l’ombrelle tome 1
12/03/2014
Gail Carriger / Rem
Pika Edition

Synopsis : Miss Alexia Tarabotti doit composer avec quelques contraintes sociales. Primo, elle n’a pas d’âme. Deuxio, elle est toujours célibataire. Tertio, elle vient de se faire grossièrement attaquer par un vampire qui ne lui avait même pas été présenté ! Que faire ? Rien de bien, apparemment, car Alexia tue accidentellement le vampire. Lord Maccon – beau et compliqué, écossais et loup-garou – est envoyé par la reine Victoria pour démêler l’affaire. Des vampires indésirables s’en mêlent, d’autres disparaissent, et tout le monde pense qu’Alexia est responsable. Mais que se trame-t-il réellement dans la bonne société londonienne ?

Mon avis : On se rapproche de la fin avec une autres série courte (3 tomes) et tirée d’un série de romans. Première série plus typée shojo de ma collection et ce n’est vraiment pas mal puisque les clichés sur l’amour qu’on nous sert sont pour moi plus une découverte.

En effet, sur fond d’enquête policière autour du rôle d’Alexia dans la société, de présentation des différentes classes régissant ce monde dans l’ombre, l’intrigue semble également présenter une évolution de sa relation amoureuse et le fait de manière plutôt agréable à voir.

Ce n’est pas souvent le cas et je tiens à le noté mais le rôle principal est donc tenu par une femme qui est forte, qui est l’objet de toutes les passions et de toutes les intrigues et qui reste indépendante en ne tenant pas compte de l’avis de ses comparses.

Cependant, niveau mise en scène et construction du récit, le côté relecture d’un support déjà existant se fait vraiment ressentir (surtout en comparaison d’All You need is kill) et entraîne un petit arrière goût assez étrange.

Il n’empêche que voir le personnage continuer à n’en faire qu’à sa tête, qu’importe ce qui se passe autour d’elle et l’évolution des forces en place est vraiment palpitant et donne envie de découvrir les quelques aventures qui vont continuer à jalonner sa vie.

Note : 🌟🌟🌟⚫⚫


Dreamland tome 1
25/01/2006
Reno Lemaire
Pika Edition

Synopsis : Terrence est un jeune lycéen timide. Il veut séduire Lydia, la fille qu’il aime depuis toujours. Une nuit, sa vie bascule dans un cauchemar, il surpasse sa peur de toujours… Le feu. À partir de ce moment, il mène une double vie : lycéen banal le jour et “contrôleur du feu” la nuit dans Dreamland, le monde des rêves.

Mon avis : En dernier mais pas des moindres, la fameuse série française : Dreamland.

Et nous voilà avec la construction des personnages que nous allons suivre pour une bonne période de temps et avec celle des deux univers composant cette histoire (Dreamland et Montpellier).

Même si quelques pages ont été refaites niveau mise en scène, on sent que ce premier tome date de 2006 et n’a pas vraiment une forme accrocheuse.

Cependant, le scénario possède son petit potentiel avec les pouvoirs totalement disparates qui semblent pouvoir exister dans Dreamland et le développement de personnages possible dans Montpellier.

Et nous voilà donc avec un Terrence poursuivi par un adversaire qui semble pour le moins coriace en raison de la nature de son pouvoir et une situation qui semble désespérée avec l’élue de son cœur. Néanmoins, il pourra sans doute compter sur l’aide de ses amis Shun et Savane qui ont encore beaucoup à raconter même s’ils font déjà preuve d’un charisme exceptionnel.

De plus, l’humour typiquement français commun a Radiant fait vraiment plaisir. C’est à dire que l’histoire met en place les clichés typiques du shonen et les personnages refusent purement et simplement d’y participer. Ah que j’adore ça.

Autant niveau fond, la série a des bons points et possède un fort potentiel. Autant je trouve qu’elle pèche niveau forme même avec les pages refaites qui fluidifie quand même la lecture. De ce fait, je ne demande qu’à voir l’évolution de la série sur ce point là.

Cependant, cette série possède tout de même un fort potentiel ! Je remercie donc la personne qui me l’a offert et qui se reconnaitra si elle passe par là.

Note : 🌟🌟⭐⚫⚫


Merci beaucoup de m’avoir lu. N’hésitez pas à me partager votre avis sur ces quatre séries ou sur des tomes 1 que vous avez découverts récemment. On se retrouve bientôt pour la suite de ses séries.