Sortie le 19 Juillet, voilà la nouvelle partie de la série de braquage espagnole phare de Netflix. Et voilà une saison dont il faut que je parle. C’est parti !

8 épisodes
45 minutes

Synopsis : La Résistance (surnom de l’équipe du Professeur) profite des vacances bien méritées (et pleines de billets). Mais, la partie de plaisir aux quatre coins du monde sera de courte durée. La police parvient à retrouver Rio et Tokyo sur une île déserte. Rio est capturé et emmené on ne sait où. Désemparée, l’héroïne s’envole pour la Thaïlande où elle retrouve le Professeur. la nouvelle mission ? Sauver Rio en organisant un nouveau braquage spectaculaire.

Mon avis : Aïe, faire face à cette première partie de deuxième saison n’est vraiment pas de tout repos.

Déjà par le format qui ne conclut rien dans les premières parties et qui n’introduit rien dans les secondes et qui est donc vraiment bancal n’aide vraiment pas la série.

Ensuite, ramener ces personnages qui avaient bien réussis, pour leur faire vivre la même chose mais avec beaucoup moins de panache, n’est peut-être pas un si bon plan que ça en fait.

Ainsi, nous avons des épisodes vraiment longs et mous entrecoupés de flashbacks vraiment peu intéressants qui tournent souvent autour de discussions inutiles ou autour de l’explication de pourquoi ce second braquage se passe aussi facilement dans les 6 premiers épisodes. Alors, certes, c’est malin pour les personnages d’avoir déjà un plan aussi bon, mais pour les spectateurs que c’est long et peu intéressant !

Il y a également les idées de la révolution et de l’argent du premier braquage qui sont mises en place mais qui n’ont absolument aucune incidence à part lorsqu’il s’agit de débloquer une situation qui aurait du être débloquée par la malice des personnages.

Et puis au niveau des personnages, que c’est plat ! Le professeur, même avec Raquel n’apporte aucune émotion. Stockholm, Marseille et Bogota sont totalement invisibles. Tokyo et Rio sont toujours insupportables et ne font jamais les bons choix.

Heureusement, les quatre derniers braqueurs sont pour moi le point fort de cette partie 3, et leur sort m’a poussé à poursuivre la série. En effet, Nairobi et Palerme sont deux personnages qui ont leur propres visions et qui le montrent bien (peut-être même trop) mais qui entraînent Helsinki à être développé. Et surtout, il y a Denver qui est toujours le plus humain et le plus modulé et qui est même le seul à penser à sa nouvelle vie avant de plonger droit dans ce nouveau braquage.

Du côté adverse, heureusement qu’on voit Arturo de temps en temps et qu’Alicia finit par arriver car je préfère largement des personnages caricaturaux qui en font trop mais intéressants que des personnages inexistants.

En somme, à trop vouloir faire exactement la même chose mais sans pouvoir imiter les actions du premier braquage, la série se bloque à faire des développements trop mous et justifiés par des flashbacks à outrance. Même si sur la fin, la série accélère un peu son rythme (et encore), ça ne suffit clairement pas à rattraper les 3/4 d’actions poussives. En plus, ce découpage horrible me sort par les yeux. Malheureusement pour moi, j’attends quand même la partie 4 juste pour savoir ce qu’il advient du peu de personnages auxquels je me suis attaché malgré moi.

Note : 🌟⭐⚫⚫⚫

Merci de m’avoir lu. N’hésitez pas à me partager votre avis sur ce titre. On se retrouve sur un autre article ou dans quelques temps pour la deuxième moitié de cette saison qui permettra de tout juger en toute impunité.